Les habitants de Kisangani ont battu à mort 16 personnes accusées de crimes

Seize personnes, considérées comme des criminels, ont été battues à mort  par les habitants de Kisangani entre octobre 2016 et début 2017, a indiqué mardi Augustin Osumaka, le maire de la ville.
Ces personnes sont accusées d’être à l’origine d’environ 50 actes criminels recensés dans la ville par la police au cours de l’année 2016 et  au début de 2017.

Dans la nuit du dimanche au lundi 9 janvier dernier, un homme d’une trentaine d’années a été battu par les habitants de Kisangani. Il en est mort. D’après des témoins, la victime a été arrêtée alors qu’il tentait de voler une moto avec l’aide d’un complice.

Le maire de Kisangani  dénonce la « prolifération des actes de vengeance » dans la ville et exhorte ses administrés à s’abstenir de ce genre de comportement.

De son côté, le commandant urbain de la police à Kisangani, le colonel Guy Biabongo, demande à la population de respecter la procédure judiciaire en appelant la police lorsqu’elle identifie un présumé criminel.
 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Sondage

Mots-clés populaires