Traque des miliciens: des militaires accusés de «se détourner de leur mission» à Kananga

Dans une déclaration faite jeudi 20 avril à Kananga, la société civile du Kasaï-Central a accusé les militaires déployés dans cette ville pour traquer la milice Kamuina Nsapu de «se détourner de leur mission principale» de restaurer la paix.

Des sources de la société civile indiquent que ces militaires tracassent la population locale «au quotidien par diverses cotisations financières».

En réaction, le porte-parole du secteur opérationnel de l’armée dans les provinces du Kasaï, lieutenant Anthony Mualushayi, invite la société civile à ne pas se limiter seulement à dénoncer. Il estime qu’elle devrait également accompagner l’armée dans sa mission de pacification.

Le lieutenant Anthony Mualushayi appelle également la population à dénoncer à l’auditorat tous les militaires qui se méconduiraient sur le terrain.

Actions de développement

Par ailleurs, la société civile plaide pour des actions humanitaires régulières et de développement dans les milieux touchés par les violences occasionnées par les miliciens Kamuina Nsapu.

Elle recommande notamment aux autorités de relancer le trafic ferroviaire. La ville de Kananga est enclavée et les conditions de vie s’empirent, soutient-elle dans sa déclaration.

Vous pouvez écouter les explications du président de la société civile du Kasaï-Central, Jean-René Tshimanga, dans cet extrait sonore :

/sites/default/files/2017-04/03._210417-p-f-kananga_declaration_soccivile_sonjean-rene_tshimanga-00.mp3

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Sondage

Mots-clés populaires