Crash de Bandundu ville, la version de Fil Air


L'avion de Fil Air après le crash à Bandundu

Le crash de l’avion de Fil Air survenu mercredi 25 août à Bandundu Ville n’était pas causé par une panne sèche mais plutôt par une panne technique avant d’être déséquilibré par les passagers pris de panique, a indiqué John Mbu, le consultant de cette compagnie aérienne, quarante huit heures après la survenue de ce drame qui a fauché une vingtaine de personnes dont le patron de la compagnie, dans l’ouest de la RDC.

John Mbu a expliqué:

«La déclaration du seul rescapé, qui était dans l’avion, disait que le pilote devait atterrir sur la bande de secours situé à côté de la piste d’atterrissage. Et que, quand il est arrivé en final et qu’il devait pointer pour atterrir sur la bande de secours, les passagers ayant vu qu’il n’avait pas le nez sur la piste ont crié et sont tous venus dans le cockpit.»

Comme c’était tout près de l’atterrissage, a-t-il poursuivi, cela a déséquilibré l’avion qui a pointé avant de s’écraser sur une maison.

L’hypothèse de la panne sèche n’est donc pas vraie, selon lui, parce qu’après vérification, il y avait encore au moins 150 litres de kerosène dans les réservoirs.

Néanmoins, par rapport à la panne technique, Fil Air attendait, jusqu’à vendredi soir, le rapport d’expertise de la boîte noire.

Celle-ci a été récupérée par les autorités de l’aviation civile et le ministère des Transports, a indiqué la source.

Concernant la prise en charge des victimes, le Consultant à Fil Air a déclaré:

«Chaque famille va prendre son corps en charge. Puisque l’avion était assuré et que le patron et (NDLR: une partie du) personnel de la compagnie ont péri, le deuil est chez tout le monde. La déclaration de l’accident auprès de l’assureur a été déjà faite, ça va suivre la procédure normale.»


Plus de photo sur le crash

Sondage

Le Conseil national du travail plaide pour le réajustement du SMIG, le salaire minimum interprofessionnel garanti, actuellement fixé à 3 dollars américains. Selon vous: