Kinshasa : la Nouvelle société civile dénonce de nouvelles menaces de mort contre ses dirigeants

La situation sécuritaire des militants des droits de l’homme inquiète la Nouvelle société civile congolaise. Selon le coordonnateur national de cette organisation, son adjoint et lui-même sont victimes d’un complot d’assassinat.

Jonas Tshiombela dit avoir été menacé plus d’une fois en l’espace de deux jours. Il invite le gouvernement congolais et la communauté internationale à veiller sur la sécurité des activistes des droits de l’homme surtout pendant cette période électorale.

« Nous dénonçons un complot qui est monté contre nous pour nous assassiner. Une réunion s’était tenue à Bandal au cours de laquelle il a été décidé de faire taire tous ceux qui font le bruit, en commençant par un certain Jonas Tshiombela »,  déclare le coordonnateur de la Nouvelle société civile, citant un informateur.

Il affirme aussi avoir reçu tard dans la nuit  un message qui disait que « ces activistes des droits de l’homme sont chauds et il était temps qu’on puisse les refroidir »

Selon lui, la nation congolaise a encore en mémoire la mort de Floribert Chebeya et on n’ en a pas encore besoin dans le pays.

Enfin, Jonas Tshiombela dit avoir contacté le cabinet du ministre de la justice dès qu’il a reçu ces menaces. Le ministère a promis de tout faire pour retrouver ceux qui se cacheraient derrière ces messages.

Sondage

Mots-clés populaires