Insécurité à Walikale: 7 personnes tuées par des présumées FDLR

Un milicien FDLR. Photo tlaxcala.esUn milicien FDLR. Photo tlaxcala.es

Un milicien FDLR. Photo tlaxcala.es

Sept personnes ont été tuées dans la nuit de dimanche à lundi 19 décembre dans la localité de Bukumbirwa dans le territoire de Walikale. Des notabilités de ce territoire indiquent que cette tuerie intervient une semaine après une autre qui a coûté la vie à quatre personnes dans le groupement Waloa Yungu. Selon eux, ces actes sont planifiés par des rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) en représailles contre la mort du colonel Sadiki, un officier FDLR assassiné par une milice congolaise en novembre dernier.

Quatre-vingt-treize notables de Walikale disent avoir adressé un mémorandum le samedi 10 décembre au secrétaire général des Nations unies pour lui signaler une menace de massacre proférée par les FDLR contre les habitants de ce territoire accusés d’avoir comploté pour le meurtre du colonel Sadiki.

Les tueries de ces derniers jours seraient liées à ces menaces, indiquent ces notables qui demandent aux autorités locales d’assurer la sécurité des habitants de Walikale.

Le coordonnateur du bureau d’études pour le développement de Walikale, Prince Kihangi, affirme que des attaques sont continuellement organisées contres les populations civiles dans ce territoire.

«Nous demandons la protection de l’Etat. Il faut qu’on puisse déployer des éléments des FARDC dans ces entités là pour que ces populations soient protégées,» affirme-t-il tout en demandant l’implication de la communauté internationale.

De leur côté, les responsables militaires et civils de Walikale ne confirment que la tuerie de Bukumbirwa.

L’administrateur du territoire dit n’avoir pas encore reçu le mémorandum des notables locaux et promet que des dispositions seront prises pour assurer la sécurité des groupements concernés par cette insécurité.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Le Conseil national du travail plaide pour le réajustement du SMIG, le salaire minimum interprofessionnel garanti, actuellement fixé à 3 dollars américains. Selon vous: