Médias: la fermeture de la RLTV et de CFTV ne relève pas du CSAC, selon Jean Bosco Bahala

Devant le siège de RLTV à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John BompengoDevant le siège de RLTV à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Devant le siège de RLTV à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

La fermeture de la RLTV et de CFtv, deux médias proches de l’opposition, ne relève pas de la compétence du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC). C’est ce qu’a déclaré, samedi 21 janvier, le président de cette institution, abbé Jean Bosco Bahala indiquant ne pas comprendre les attaques médiatiques dont serait victime le CSAC au sujet de la fermeturer de ces médias.

Le président du CSAC affirme que la compétence de son institution se limite à la régulation du contenu des médias. Selon lui, le traitement des dossiers relatifs à RLTV et de CFtv sont terminés depuis le 29 novembre 2011.

 Jean Bosco Bahala dit avoir invité ces chaînes à contacter le ministère de la Communication pour la résolution d’autres problèmes.

« Pour RLTV, le ministère de la Communication nous a communiqué qu’ils avaient un problème judiciaire, mais il y a aussi un autre problème au niveau de la réglementation. Nous leur avons écrit pour leur demander de se mettre en contact avec ces instances pour arranger leur problème et nous allons rouvrir cette chaîne », indique-t-il.

Jean Bosco Bahala explique que CFtv a « un problème au niveau de la cession de la fréquence » dont le CSAC a été notifié pour en ternir compte dans le traitement de son dossier.

Le président du CSAC affirme aussi que « toute la communication qui est entrain de se faire autour de ces choses » n’aide pas son institution.

« Ça nous embarrasse parce que nous sommes entrain de les défendre, d’arranger leurs problèmes avec l’Etat, mais eux nous attaquent dans la presse. Ça nous gêne beaucoup ».

Lire aussi sur radiookapi.net :

Sondage

Les élèves de certaines localités de Beni ne pourront pas reprendre le chemin de l’école à cause de l’insécurité, ont récemment constaté des députés de ce territoire du Nord-Kivu. Selon vous, il faudrait: