Nord-Kivu : des déserteurs des FARDC créent un mouvement politico-militaire dénommé M23

Les FARDC en patrouille dans l’Est de la RDC. Photo MONUC/Marie Frechon

Des militaires déserteurs se réclamant du haut commandement militaire de l’Armée nationale congolaise (ANC) viennent de créer un nouveau courant politico-militaire dénommé Mouvement du 23 mars (M23). L’annonce de la création de ce mouvement est contenue dans un communiqué de presse du dimanche 6 mai signé par le lieutenant Colonel Kazarama Vianney qui en est le porte-parole. Le but de ce mouvement, selon leurs créateurs, est de redynamiser l’accord de paix signé en 2009 entre le gouvernement congolais et le CNDP.

Le document précise que le M23 est coordonné par le Colonel Makenga Sultani, ex-commandant adjoint des opérations Amani Leo au Sud-Kivu qui a fait défection des rangs des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), il y a quelque temps.

Le M23 a été créé à l’issue d’une rencontre des officiers de l’ex-rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) dans le territoire de Rutshuru, précise le communiqué.

En réaction, les responsables du CNDP original agréé comme parti politique soulignent qu’ils restent attachés au processus de paix conclu avec le gouvernement congolais le 23 mars 2009.

Ils saluent la trêve décidée par le haut commandement militaire des FARDC dans sa traque contre les mutins et demandent au gouvernement de privilégier le dialogue afin d’aider le Nord-Kivu à sortir pacifiquement de cette crise, peut-on lire dans leur communiqué dont une copie est parvenue à Radio Okapi mardi 8 mai.

Mais les ténors du M23 ont indiqué dans leur communiqué à eux que l’accord de paix de paix négocié avec le gouvernement le 23 mars 2009 a échoué. Il fallait donc, souligne le communiqué du M23, en « redynamiser l’application ».

Communiqué annonçant la création du mouvement politico-militaire M23

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Les élèves de certaines localités de Beni ne pourront pas reprendre le chemin de l’école à cause de l’insécurité, ont récemment constaté des députés de ce territoire du Nord-Kivu. Selon vous, il faudrait: