RDC : Roger Meece condamne le soutien du Rwanda aux rebelles du M23

Le représentant du secrétaire général de l’ONU en RDC, Roger Meece à Goma en janvier 2012 Photo Monusco

« Je voudrais dire qu’il y a beaucoup d’informations du soutien et une implication du Rwanda [ dans la mutinerie du M23]. C’est une situation inacceptable et il faut immédiatement arrêter ». C’est en ces termes que s’est exprimé mardi 10 juillet le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en République démocratique du Congo (Monusco), Roger Meece devant lapresse à Kinshasa.

Sans affirmer avec évidence ce soutien du Rwanda aux rebelles du M23, Roger Meece dit se référer au rapport des experts des Nations unies et à quelques indices pour confirmer l’appui extérieur aux rebelles du M23.

Il cite notamment :

  • Les tenues militaires des rebelles du M23 qui sont différentes de celles des FARDC
  • La présence des ex-CNDP dans les rangs des rebelles du M23
  • Les rebelles du M23 sont très bien équipés et approvisionnés
  • Des tactiques des combats comme des attaques nocturnes qui sont différentes de celles des FARDC

« Bien entendu, je ne peux pas vous dire que nous avons une évidence ou je ne peux pas déclarer quelque chose de définitif mais les indices que nous avons sont très inquiétants pour la situation actuelle », a souligné Roger Meece.

Il a ajouté que la Monusco a reçu quelques ex-combattants du M23 qui ont confirmé le soutien du Rwanda aux rebelles et la présence des éléments de RDF (les Forces de la défense du Rwanda).

D’un ton ferme, Roger Meece a condamné toutes les actions militaires des rebelles du M23 et les appelle « à cesser immédiatement » toutes les exactions au Nord-Kivu.

Le chef de la Monusco a également affirmé que les leaders du M23 portent la responsabilité de tous les actes commis dans les zones qu’ils contrôlent, y compris Bosco Ntaganda qui selon lui, porte aussi une grande responsabilité sur les violations des droits humains.

Roger Meece a indiqué que tout est mis en place, en collaboration avec les FARDC, pour protéger les grandes agglomérations de la province du Nord Kivu.

« Nous prenons toutes les dispositions avec les FARDC contre toute menace sur des populations civiles. Des blindés seront déployés pour empêcher la progression des rebelles vers Goma et d’autres villes», a déclaré Roger Meece.

Les rebelles du M23 ont pris le contrôle de la cité de Bunagana, un poste frontalier du Nord-Kivu avec l’Ouganda, jeudi 5 juillet. Ils ont progressé après ce succès vers Rutshuru-centre en prenant aussi le contrôle des villes de Kiwanja, Rubare, Ntamugenga, Tchengerero, Jomba paroisse, Kabaya et Kitagoma, dans les groupements Jomba et Busanza dans le territoire Rutshuru.

Toutes ces localités ont été laissées entre les mains des policiers proches du M23, après le retrait des forces combattantes du même mouvement rebelle.

Depuis la prise de contrôle de certaines localités et villes de Rutshuru, plusieurs voix se sont levées pour condamner cette situation. Dans une déclaration faite lundi 9 juillet à Kinshasa, les évêques catholiques ont dénoncé le « plan de balkanisation » de la RDC.

Certains habitants de Kinshasa ont qualifié le gouvernement congolais de « laxiste » face à la situation sécuritaire à l’est de la RDC. D’autres estiment que les autorités congolaises sont complices de cette insécurité.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Le Conseil national du travail plaide pour le réajustement du SMIG, le salaire minimum interprofessionnel garanti, actuellement fixé à 3 dollars américains. Selon vous: