Nord-Kivu : les FARDC et la Monusco bombardent des bases rebelles du M23

Opération de larguage des dépliants par la Monusco au Sud-Kivu/Ph. Radio Okapi

Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les Casques bleus de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco) ont bombardé jeudi 12 juillet des bases des rebelles du Mouvement du 23 mars (M23). Selon l’Agence France presse (AFP), trois hélicoptères de la Mission de l’ONU en RDC et deux autres des soldats congolais ont été aperçus au-dessus de la zone de Nkokwe et Bukima, entre 5 et 10 km à l’Est de la route qui va de Rutshuru à Goma.

La même source précise qu’un colonel des mutins a affirmé que les FARDC sont en train de bombarder leurs positions, mais que les militaires congolais ne savaient pas où les rebelles se trouvaient.

Les FARDC ont bloqué tout le passage des civils au niveau de Rumangabo, une localité située à une quinzaine de kilomètres à l’ouest des positions bombardées, ajoute l’agence française.

Tôt dans l’avant-midi, le porte-parole militaire des FARDC, le colonel Olivier Hamuli, a accusé les rebelles du M23 d’avoir intentionnellement bombardé les populations civiles dans les périphéries de la localité de Rugari, à Rutshuru.Ces bombardements ont fait un mort et trois blessés, selon lui.

Le colonel Olivier Hamuli a qualifié cet acte de criminel et dit prendre à témoin la communauté internationale.

« Quand quelqu’un se venge sur la population, ce sont des actes de barbarie.Ces gens sont sanguinaires », a ajouté le colonel Olivier Hamuli.

La Monusco a assuré mercredi 11 juillet que des zones spécifiques ont été créées dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu pour protéger les populations civiles contre les attaques des groupes armés.

Des chars de la Monusco et des FARDC ont été déployés dans les grandes agglomérations de la province pour prévenir toute attaque des groupes armés.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage