Kinshasa et Kigali approuvent le déploiement d’une force « neutre » le long de leur frontière commune

Kagame et Kabila à Goma en RDCongo.

Les présidents de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, et du Rwanda, Paul Kagame, ont approuvé, ce dimanche 15 juillet en marge du sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, la mise sur pied d’une force internationale « neutre » le long zone frontalière commune entre les deux pays. Le déploiement de cette force a été proposé lors du sommet interministériel des Etats de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), mercredi 11 juillet à Addis-Abeba, pour combattre les groupes armés notamment les rebellions des FDRL et du M23, actuellement actives dans l’Est de la RDC.

Le document adopté ce dimanche par les chefs d’Etat congolais et rwandais demande aux Etats-membres de la CIRGL de « travailler avec l’Union africaine et l’ONU pour la mise en place immédiate d’une force internationale neutre pour éradiquer le M23 (…) et toutes les autres forces négatives dans la région des Grands Lacs ».

« Nous avons accepté le principe de demander à d’autres de nous aider, mais les détails (…) seront pour plus tard », a déclaré Paul Kagame à l’AFP.

Au cours du sommet interministériel de la CIRGL, mercredi, le secrétaire exécutif de cette organisation, le Congolais Ntumba Luaba, avait affirmé que les ministres de la Défense des pays membres vont se réunir bientôt pour décider des modalités pratiques de la mise en place de cette force. Selon le site internet du Nouvel Observateur, ce nouveau sommet de la CIRGL qui doit se tenir les 6 et 7 août à Kampala doit aussi préciser les relations de cette force avec la mission de l’ONU, qui déploie déjà en RDC une de ses plus importantes opérations de maintien de la paix.

Mais déjà, lors de l’ouverture du sommet de l’Union africaine,  le président de la Commission de l’UA, Jean Ping, a indiqué que l’organisation continentale était « disposée à contribuer à la constitution d’une force régionale pour mettre un terme définitif aux agissements des groupes armés » dans l’Est de la RDC.

L’Est de la RDC est en proie à une nouvelle rébellion depuis le mois de mai dernier. Des officiers issus de l’ex-rébellion du CNDP se sont mutinés et ont créé le Mouvement du 23 mars (M23).

Ces officiers, récemment radiés de l’armée, réclament l’application de l’accord de paix du 23 mars 2009 signé entre le gouvernement et le CNDP.

Cet accord prévoyait notamment l’intégration des combattants rebelles dans l’armée et dans la police ainsi que l’attribution des fonctions aux cadres civils de l’ex-rébellion.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout: