Kinshasa: reprise du procès Chebeya devant la Haute cour militaire

De gauche à droite, en avant plan, le général John Numbi de la Police Nationale Congolaise regarde un des avocats de partie civile devant la barre ce 27/01/2011 à la prison centrale de makala à Kinshasa, lors du procès chebeya. Radio Okapi / Ph. John Bompengo

Le procès Chebeya reprend en appel ce mardi 17 juillet devant la Haute cour militaire en audience foraine à la Prison centrale de Makala à Kinshasa. Le juge tranchera sur la comparution ou non de l’ancien inspecteur divisionnaire de la police nationale, John Numbi suspendu de ses fonctions depuis le 5 juin 2010. Les parties civiles à ce procès le considèrent comme le principal suspect dans l’affaire Floribert Chebeya et Fidèle Bazana, deux militants des droits de l’homme assassinés à Kinshasa en juin 2010.

La question de la comparution du général Numbi était au centre de débat depuis l’audience du 19 juin dernier. Son ombre plane toujours sur ce procès à rebondissement.

Après avoir justifié leur appel à la Haute cour sur l’assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana, les parties civiles avaient plaidé pour la comparution de John Numbi en tant que prévenu.

De son côté, la partie prévenue estime qu’il n’y a aucune raison de revoir les officiers incriminés à la barre. Selon elle, la Cour devrait carrément mettre fin à leur poursuite par manque des preuves.

Les questions suivantes constitueront également l’enjeu principal de l’audience de ce mardi:

la falsification de la décision de renvoi, en biffant notamment le nom de John Numbi qui a été entendu au premier degré comme renseignant à la cour militaire de Kinshasa, pour le soustraire des poursuites devant la Haute Cour militaire

la recomposition de la Cour devant siéger en appel

le témoignage accablant d’un accusé fugitif qui met personnellement en cause le général Numbi dans l’assassinat de Chebeya.

L’éclairage sur toutes ces préoccupations par le ministère public est donc attendu avant que la Cour ne prenne l’affaire en délibéré sur l’arrêt rendu au premier degré.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout: