Nord-Kivu: 2 militaires tués lors de l’attaque des miliciens Raïa Mutomboki à Walikale

Un milicien dans l’Est de la RDC.

Deux militaires ont été tués et huit autres blessés, mardi 17 juillet, au cours de l’attaque des miliciens Raïa Mutomboki contre les Forces armées de la RDC (FARDC) au chef-lieu du territoire de Walikale (Nord-Kivu). Des sources proches de la société civile locale indiquent qu’une femme et un milicien Maï-Maï ont également été tués au cours de cette attaque à Walikale-centre, sous contrôle des Raïa Mutomboki.

Plusieurs sources sur place confirment que ces miliciens contrôlent désormais le chef-lieu du territoire où un calme apparent règne depuis mardi à 22 heures, heure à laquelle les armes ont cessé de crépiter.

Des opérations pour contre attaquer ces Maï-Maï sont actuellement planifiées par les soldats des Forces armées de la RDC (FARDC) qui sont retirés jusqu’à environ 4 km de la cité, sur l’axe Walikale-Kisangani, affirment les responsables militaires.

Le commandant militaire à Walikale reconnaît que la situation est complexe, car dit-il, les miliciens ont pris la population civile comme boucliers humains. Le commandant 4è secteur précise toutefois qu’une contre offensive sur Walikale est en préparation.

Depuis ce matin, ces miliciens renforcent leur présence à Walikale-Centre, selon des témoins qui estiment à une centaine les miliciens venus renforcer les trois cents autres qui ont attaqué Walikale-centre mardi.

Les notables des communautés Lega, Nyanga, Tembo et d’autres personnalités de la société civile envisagent de négocier avec ces miliciens pour qu’ils se retirent de la cité.

Ces combattants sont en majorité recrutés parmi les jeunes dont des mineurs d’âge. Un témoin affirme les avoir vus habillés en civil et armés pour la plupart de lances, de machettes et de quelques armes à feu.

Aucun acte de pillage n’est signalé dans la cité. Les habitants qui avaient fui Walikale-centre restent encore dans leurs lieux de refuge.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Les élèves de certaines localités de Beni ne pourront pas reprendre le chemin de l’école à cause de l’insécurité, ont récemment constaté des députés de ce territoire du Nord-Kivu. Selon vous, il faudrait: