La conférence internationale sur le Sida s’ouvre à Washington

Enfants victimes du VIH/Sida

La 19ème conférence internationale sur le Sida s’ouvre, ce dimanche 22 juillet, à Washington aux Etats-Unis. La délégation congolaise entend y plaider pour qu’une attention particulière soit accordée à plus d’un million des personnes touchées par le VIH en RDC. De leur côté, des ONG ont accusé Kinshasa de ne pas affecter plus de moyens à la lutte contre cette pandémie.

La RDC est représentée à ces assises de Washington, par une délégation d’une vingtaine des personnes conduite par le ministre de la Santé. Un des membres de cette  délégation a affirmé qu’au cours de cette conférence, le Gouvernement va partager avec d’autres nations et partenaires les différentes expériences vécues sur le terrain. Les responsables nationaux doivent plaider pour qu’une attention particulière soit accordée à plus d’un million des personnes  touchées par le VIH en République démocratique du Congo, a-t-il poursuivi.

Cet  événement est organisé tous les deux ans par la société internationale du Sida avec d’autres partenaires,  dont le Fonds mondial. Chercheurs, cliniciens, responsables politiques, personnes vivant avec le VIH ainsi que les acteurs de la société civile se retrouvent donc pour trouver le moyen de faire reculer la pandémie.

Si de nombreux progrès sont obtenus dans plusieurs pays dans la lutte contre cette pandémie, dans d’autres pays cependant, des problèmes demeurent. Il s’agit notamment de celui relatif à l’accès aux médicaments les plus récents, à la disponibilité des analyses pour le suivi et à la  lutte contre la stigmatisation des séropositifs dans la société.

Le choix du thème «inverser le cours de l’épidémie, ensemble», témoigne qu’il faut encore mener des efforts dans la lutte contre le VIH/Sida.

En perspective de cette conférence, des organisations non gouvernementales ont appelé, mercredi 18 juillet à Kinshasa,  le gouvernement congolais à améliorer l’accès aux antirétroviraux. Le docteur Henry Mukumbi de l’Ong Amo-Congo a indiqué que seul cinquante trois mille cinq cents (53 500) personnes vivant avec le VIH/sida (PVV) ont accès aux soins antirétroviraux, soit un taux de couverture de 12,3%.

Ces ONG ont également accusé Kinshasa de ne pas voter un budget spécifique pour lutter contre ce fléau. Selon Thérèse Omari de l’ONG Femme plus, les dépenses moyennes réalisées par l’Etat congolais en 2011 dans cette lutte est de 13 FC par habitant et de 725 FC (0,78 USD) par personne vivant avec le VIH/Sida.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout: