Nord-Kivu : les derniers combats entre militaires et rebelles du M23 à Kiwanja ont fait 5 morts

Un militaire des FARDC en patrouille mixte avec un casque bleu de la Monuc discutent avec la population à Mbwavinya. Photo MONUC/Marie Frechon (2008).

Des sources hospitalières rapportent ce vendredi 27 juillet que cinq personnes ont été tuées et trente-sept autres blessées lors des combats qui ont opposé, mercredi dernier, les militaires congolais et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M 23) dans la localité de Kiwanja au Nord-Kivu. D’autres sources signalent que des projectiles lancés par les belligérants ont démoli une dizaine de maisons.

Deux des cinq personnes mortes ont été tuées par balles. Les trois autres ont été victimes des projectiles tombés sur leurs domiciles. Les blessés sont essentiellement des civils.

Neuf blessés reçoivent actuellement des soins dans le centre de santé Mapendo à Kiwanja. Au centre hospitalier Buturande, dans la même cité, on en dénombre sept. Les autres blessés ont été transférés à l’hôpital général de référence de Rutshuru.

Des sources locales indiquent que les habitants de Kiwanja qui ont perdu leurs domiciles s’abritent pour le moment à proximité de la base des casques bleus de la Monusco.

Au cours de ces combats entre militaires et rebelles qui avaient commencé le mardi 24 juillet dans les villages de Kakomero et Mwaro, la Monusco avait appuyé l’armée congolaise ave ses hélicoptères.

La mission onusienne avait notamment pilonné les positions du M23 dans les collines surplombant les localités de Kiwanja, Rutshuru-Centre, Kalengera et Rugari.

A la suite de ces combats, les militaires avaient conquis puis perdu le contrôle de certaines localités. Actuellement, les rebelles contrôlent notamment les localités de Ntamugenga, Rubare, Kiwanja, Rutshuru-centre et Rumangabo.

Ces affrontements ont provoqué des milliers de déplacés internes dans cette partie du pays.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout: