Nord-Kivu : détenu par un groupe Maï-Maï depuis 6 jours, le chef milicien Morgan s’est échappé

Un milicien dans l’Est de la RDC.

Le chef milicien Paul Sadala alias Morgan, détenu par le groupe Maï-Maï Simba depuis six jours, s’est enfui dans la nuit de dimanche à lundi 6 août. Plusieurs sources locales, qui confirment cette information, indiquent que douze hommes fidèles à Morgan et détenus avec leur chef seraient restés entre les mains des Simba qui exigeaient le paiement de 10 000 dollars américains pour livrer Paul Sadala aux Forces armées de la RDC (FARDC).

Selon des sources proches des services de sécurité de Lubero, Morgan a été arrêté à Mabuo, village situé à 160 Km de Mangurejipa, dans le territoire de Lubero, après des affrontements qui ont opposé ses hommes aux miliciens Maï-Maï Simba.

Des responsables de la société civile de Mangurejipa ont affirmé que cette arrestation est intervenue après des exactions que les hommes de Morgan ont commises il y a un mois dans les localités de Kabasha et Lomo. Ils auraient tué quatre personnes dont trois brulées vives. Ses hommes auraient aussi violé dix femmes avant d’incendier les villages de Kabasha, Lomo, Mandimo et Libima-biele.

Avant son évasion, Morgan était détenu dans la localité de Tshopo au quartier général des miliciens Maï-Maï Simba dont le chef, un colonel rebelle dénommé Jean-Luc disait attendre que le gouvernement engage des négociations pour qu’il lui livre le captif.

Vendredi dernier, le commandant de la 9è région militaire, le général de brigades Jean-Claude Kifwa, a présenté à la presse à Kisangani, trois braconniers et deux habitants de Wamba désignés comme leurs complices. Selon lui, ces braconniers membres du groupe de Morgan ont été arrêtés lors de l’opération de ratissage initiée contre ce chef milicien par l’armée nationale dans la réserve de faune à okapis d’Epulu.

Arrêtés le 29 juillet, les trois braconniers ont été transférés, jeudi 2 août, à Kisangani, chacun avec une arme de marque AK47 à la main et un paquet de plus de cent munitions. Ils ont reconnu avoir été dotés en arme par un certain Sadiki. Ce dernier, ont-ils affirmé, est un collaborateur du braconnier et chef milicien Morgan.

Au cours d’une attaque contre la réserve de faune d’Epulu, dimanche 24 juin, les combattants Maï-Maï du chef milicien Morgan avaient tué quinze okapis ainsi que deux gardiens. Ils avaient également pillé et détruit plusieurs bâtiments administratifs dans la réserve avant de prendre en otage vingt-huit personnes dont plusieurs femmes.

A la fin du mois de juillet, le même groupe a tué deux cents éléphants dans la même réserve.

D’une superficie de plus de 13 726 km2, la réserve de faune à Okapis est située dans la forêt de l’Ituri, près des frontières avec le Soudan et l’Ouganda. Elle est inscrite, depuis 1996, sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout:

Sanctionner les magistrats qui ne rendent pas justice correctement
47% (589 votes)
Améliorer les conditions salariales des magistrats
30% (376 votes)
Sensibiliser les magistrats sur l’importance de résister aux pressions
23% (292 votes)
Total votes: 1255