Les Etats-Unis condamnent les violations des droits de l’homme dans l’Est de la RDC

Des femmes victimes de viols en attente de consultations gratuites auprès du Docteur Denis Mukwege à l’hôpital Panzi (Bukavu – Sud-Kivu, RDC)

Les Etats-Unis d’Amérique se disent préoccupés par la détérioration de la situation sécuritaire et humanitaire dans l’Est de la RDC. L’ambassadeur itinérant des Etats-Unis pour les crimes de guerre, Stephen Rapp, a condamné, jeudi 9 août au cours d’une conférence de presse, les cas de violences sexuelles basées sur le genre, d’enlèvement et de recrutement forcé d’enfants commis par certains groupes armés dans cette partie du territoire congolais. Il a promis que son gouvernement fera ce qu’il peut pour aider le gouvernement congolais à traduire en justice les auteurs de ces actes relevés par divers organisation humanitaires.

Stephen Rapp a indiqué que le gouvernement américain soutient la RDC face aux troubles croissants dans l’Est, qui selon lui, sont la conséquence directe de la mutinerie qui a éclaté dans l’armée congolaise en avril dernier.

Pour le diplomate américain, Bosco Ntaganda, Sultani Makenga, Baudouin Ngaruye, Innocent Zimurinda et Innocent Kaina ont participé à des atrocités par le passé et constituent un risque pour la sécurité de la population civile. Ces cinq officiers militaires radiés de l’armée congolaise se sont mutinés avant que certains d’entre eux ne prennent officiellement la direction de la rébellion du Mouvement du 23 mars.

Stephen Rapp a affirmé que ces militaires rebelles cités par le conseil de sécurité et le Haut commissaire des Nations unies aux droits de l’homme devraient être poursuivis en justice.

Le mercredi 8 août, la Monusco a invité le Mouvement du 23 mars (M23) et les autres groupes armés actifs dans l’Est de la RDC à mettre fin au recrutement forcé des enfants et des jeunes adultes.

Selon la mission onusienne, depuis le début de l’année 2012, plus de cent cinquante enfants auraient été recrutés par des groupes armés actifs dans l’Est du pays (M23, Maï-Maï, FDLR et LRA).

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Les élèves de certaines localités de Beni ne pourront pas reprendre le chemin de l’école à cause de l’insécurité, ont récemment constaté des députés de ce territoire du Nord-Kivu. Selon vous, il faudrait: