RDC : la presse congolaise dénonce des atteintes à sa liberté

Des dossards de presse distribués le 24/11/2011 au commissariat général de la PNC à Kinshasa par Journaliste en danger (JED). Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

L’Union Nationale de la presse du Congo (UNPC) se dit très préoccupée par l’ampleur de plus en plus forte des atteintes à la liberté de la presse et des menaces sur les journalistes en RDC. Le secrétaire général de cette structure, Joseph Kasonga, évoque notamment la suspension de deux journalistes de la Radio télévision nationale congolaise (RTNC)/Kisangani, ainsi que la fermeture de Radio Soleil, une radio communautaire émettant à Butembo, dans le Nord-Kivu.

Selon Joseph Kasonga, le directeur provincial de la RTNC a suspendu, en juillet dernier, deux journalistes de cette chaîne à Kisangani, après qu’ils aient diffusé le calendrier de l’élection du gouverneur et du vice–gouverneur de la Province Orientale.

A Butembo, c’est le maire de la ville qui a décidé, samedi 4 août, de fermer la Radio Soleil. Il reprochait à ce média la diffusion, dans une édition de journal, de l’enregistrement du porte-parole de la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23).

Le secrétaire général de l’UNPC appelle les autorités politiques et territoriales du pays à veiller au strict respect de la liberté de la presse.

« Dans tous les coins de la République, n’importe quel individu, doté de n’importe quel pouvoir, se permet le luxe de violer systématiquement les libertés de la presse. Vous entendez par ci par là, une station de la radio est fermée, un journal est interdit de paraître, un journaliste est interpellé », a-t-il déclaré.

Selon Joseph Kasonga, la RDC ressemble davantage à une dictature qu’à un Etat démocratique.

«La veille de la Francophonie, c’est le moment de présenter l’image de notre pays vis-à-vis des pays francophones », a-t-il ajouté.

En mai dernier, Journaliste en danger (Jed) et Freedom for journalist, deux ONG de défense de la liberté de la presse, avaient dénoncé la dégradation de la liberté de la presse dans certaines provinces de la RDC, après l’interpellation d’un journaliste par l’Agence nationale de renseignement (ANR).

Plus tard, en juillet, en marge de la journée nationale de la presse, l’Observatoire congolais des médias (Omec) avait plaidé pour l’accès des journalistes aux sources officielles de l’information, estimant qu’il ne pouvait y avoir de liberté de la presse sans l’accès à l’information.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Butembo : la radio Soleil fermée après la diffusion d’un enregistrement du porte-parole du M23

Journée nationale de la presse : l’Omec plaide pour l’accès des journalistes à l’information des sources officielles

Ce soir : célébration de la journée nationale de la presse en RDC

RDC : Jed et Freedom for journalist dénoncent la dégradation de laliberté de presse

Le parquet libère 2 journalistes incarcérés pour un article sur « les frasques inédites » du gouverneur de Kinshasa

Kalemie : un journaliste détenu depuis plus d’une semaine dans un cachot militaire

 

 

Sondage

Le Conseil national du travail plaide pour le réajustement du SMIG, le salaire minimum interprofessionnel garanti, actuellement fixé à 3 dollars américains. Selon vous: