Nord-Kivu: les FDLR et les Maï-Maï créent l’insécurité le long du Lac Edouard

Des rebelles des FDLR (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda) dans la forêt de Pinga dans l’Est de la RDC le 06/02/2009. Radiookapi.net

Depuis le début de la rébellion du M23 en mai dernier au Nord-Kivu, les rebelles hutus des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda et les miliciens Maï Maï se disputent soit le contrôle des localités riveraines du Lac Edouard entre les territoires de Lubero et Rutshuru (Nord-Kivu) soit les zones de pêche dans cette zone créant ainsi l’insécurité au sein de la population.

Selon des sources de la société civile locale, le cas le plus récent d’insécurité est l’échange des tirs signalé à Lunyasenge, dimanche 12 août à l’aube. Cet échange de tirs a opposé les Maï-Maï/Forces acquises au changement commandés par Thomas Ilenda, aux Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) basées dans cette même localité.

Cette situation a créé une panique au sein de la population locale, obligeant certains habitants à fuir leurs domiciles. Environ mille trois cent trente familles ont déjà fui les localités de  Nyakakoma, Kamandi, Lunyasenge pour se diriger vers d’autres villages de Lubero à la suite de cette insécurité, indique la  société civile locale.

Selon la même source, les rebelles des FDLR ont retenu dans la baie de Tchondo entre les pêcheries Nyakakoma et Vitchumbi six pirogues qui transportaient chacune 18 personnes. Ils exigent une rançon de 50 dollars américains par otage pour les libérer.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Le ministre chargé de l’initiation à la nouvelle citoyenneté a réaffirmé mercredi 2 septembre la détermination du gouvernement à rétablir le rite solennel du salut au drapeau dans les écoles de la RDC. Selon vous, cette pratique: