RDC : l’armée recrute des jeunes

En avant-plan: Le général Didier Etumba, chef d’Etat-major général des FARDC entouré du chef d’Etat-major des forces terrestres (à sa droite) et des officiers supérieurs de l’armée congolaise. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

L’état-major général des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) a lancé depuis le début du mois d’août l’opération de recrutement des jeunes congolais âgés de 18 à 25 ans sur toute l’étendue du pays. Le chef de la délégation chargée du recrutement au Nord-Kivu, le colonel Mwitcho Wabateyi assure que cette opération n’est pas forcément liée à la guerre dans l’Est mais vise plutôt à rajeunir l’armée dans le cadre de la réforme entreprise par le gouvernement congolais.

Le colonel Mwitcho Wabateyi précise que les nouvelles recrues devront bénéficier d’une formation de base de six mois dans les différents centres de formation disséminés à travers le pays, avant d’être orientés vers d’autres domaines de spécialisation.

Une délégation de quatre officiers militaires séjourne à Goma depuis le dimanche 19 août pour convaincre les jeunes à intégrer volontairement l’armée.
Certains jeunes affirment être séduits par l’idée mais d’autres n’ont pas caché leur refus d’intégrer l’armée.

« La vie est pénible pour nos militaires. C’est inhumain leurs conditions de vie! Ils sont affamés et d’autres meurent. Ça nous fait peur d’être recruté », confie un jeune motard.

Pour le colonel Mwitcho Wabateyi, toutes les dispositions sont envisagées pour prendre en compte ces préoccupations.

« Il y a la réforme de l’armée qui commence maintenant. Dans des centres, ils seront à la charge de l’état. Dès qu’ils arrivent dans les centres, ils seront payés un mois après. Déjà à partir d’ici, on va s’occuper d’eux », affirme-t-il.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Plusieurs regroupements de l’opposition ont appelé jeudi leurs militants à marcher pacifiquement à Kinshasa pour obtenir notamment l’organisation de l’élection présidentielle dans les délais constitutionnels alors que des manifestations similaires ont été officiellement interdites dans plusieurs villes de la RDC. Selon vous :