RDC: la Monusco prête à appuyer le recrutement des jeunes dans l’armée

Les FARDC en patrouille mixte avec les casques bleus de la Monuc à Mbwavinya. Photo MONUC / Marie Frechon (2008).

La Monusco est prête à accompagner le gouvernement congolais dans l’opération de recrutement des jeunes au sein des Forces armées de la RDC (FARDC). Le porte-parole militaire de la mission onusienne, lieutenant-colonel Bass, l’a déclaré mercredi 29 août à Kinshasa au cours de la conférence hebdomadaire des Nations unies.

«Le recrutement national est une opération normale dans toute armée parce qu’il sert à régénérer les effectifs, à les grossir et à leur donner une formation beaucoup plus qualitative que ce qui a été observée», a déclaré le porte-parole militaire de la Monusco.

L’état-major général des FARDC a lancé l’opération de recrutement des jeunes sur toute l’étendue du pays au début du mois d’août. L’opération concerne des jeunes gens âgés de 18 à 25 ans.

Le mardi 28 août, cent jeunes volontaires se sont présentés au mess des officiers de la 8ème région militaire, à Goma (Nord-Kivu) pour s’enrôler au sein de l’armée.

Ces cent premières recrues suivront une formation fondamentale à la base de Kitona dans le Bas-Congo et à Kamina au Katanga.

L’ONG de défense de droits de l’homme, la Voix des sans voix (VSV) plaide pour que le recrutement des jeunes au sein des Forces armées de la RDC (FARDC) se fasse de manière « responsable ». Pour le directeur technique de cette ONG, Dolly Ibefo, les FARDC doivent s’assurer du niveau d’éducation de leurs recrues et les former au respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire.

Il estime qu’il faut que les recrues disposent d’une éducation de base et d’une certaine instruction, recommandant au gouvernement de ne plus intégrer dans l’armée des militaires issus des groupes armés et autres rebellions.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Les élèves de certaines localités de Beni ne pourront pas reprendre le chemin de l’école à cause de l’insécurité, ont récemment constaté des députés de ce territoire du Nord-Kivu. Selon vous, il faudrait: