Arrestation du colonel Tshibangu : le gouverneur Kasanji promet une récompense de 20 000 USD

Ngoy Kasanji, gouverneur du Kasai-Oriental

Le gouverneur du Kasaï-Oriental, Alphone Ngoy Kasanji, promet une récompense de 20 000 dollars américains à celui qui va donner des informations pour arrêter le colonel dissident John Tshibangu, recherché par l’armée congolaise depuis l’annonce de sa défection le 16 août dernier. Il se dit confiant quant à l’arrestation prochaine de cet officier rebelle.

Ngoy Kasanji se dit satisfait de l’implication de toute la population de sa province pour arrêter le colonel rebelle.

Il indique également faire confiance « à la  bravoure des hommes de troupes déployés sur le terrain pour dénicher ce colonel déserteur ».

Depuis l’annonce de la récompense de 20 000 dollars, plusieurs responsables militaires et policiers ont confié avoir reçu un message téléphonique, envoyé par quelqu’un prétendant être John Tshibangu, leur promettant à chacun la somme de 40 000 dollars s’ils rejoignaient le Mouvement pour la revendication de la vérité des urnes.

Le gouverneur Kasanji affirme que cette promesse est un mensonge, venant d’une personne « dépourvue de moyens ».  « C’est une façon pour ce déserteur de  séduire le peuple », conclut-il.

John Tshibangu s’est autoproclamé lieutenant général après avoir quitté les rangs de l’armée et créé son nouveau groupe armé avec dix-huit hommes de troupe.

Selon le gouverneur du Kasaï-Oriental, environ trois cents militaires et policiers sont déployés pour l’arrêter.

Au cours d’un forum politique réunissant les représentants des structures socioprofessionnelles et certains partis politiques, il a récemment appelé la population de sa province à la vigilance face à «l’infiltration des rebelles fidèles au colonel dissident John Tshibangu». La révendication de ce dernier est liée au scrutin présidentiel et législatif du 28 novembre 2011 en RDC qui, selon plusieurs missions d’observation, a été entaché d’irrégularités.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Les élèves de certaines localités de Beni ne pourront pas reprendre le chemin de l’école à cause de l’insécurité, ont récemment constaté des députés de ce territoire du Nord-Kivu. Selon vous, il faudrait: