RDC: le Bas-Congo et la Province Orientale élisent leurs gouverneurs ce dimanche

Des témoins des candidats devant les urnes le 28/11/2011 dans un bureau de vote au quartier Makelele dans la commune de Bandalungwa à Kinshasa, pour les élections de 2011 en RDC. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Les gouverneurs du Bas-Congo et de la Province Orientale devraient être élus ce dimanche 28 octobre. Une délégation de la Commission électorale nationale  indépendante (Ceni) conduite par son deuxième rapporteur national, Mamie Elongo, est arrivée ce samedi à Kisangani, chef-lieu de la Province Orientale. Tandis que le vice-président de la Ceni, Jacques Djoli, est à Matadi pour la même cause.

Mamie Elongo a affirmé que sa délégation était venue «constater la légalité du déroulement de l’élection du gouverneur de la province».

Elle a assuré que l’élection débuterait à 9 heures locales. Mais, a-t-elle expliqué, le bureau de l’assemblé provinciale procéderait à l’appel nominal des députés présents dans la salle «pour se rendre compte si le quorum est atteint ou pas». La salle devrait ensuite être vidée pour être transformée en bureau de vote.

L’élection serait conduite par les membres du bureau Ceni/Province Orientale, assistés par ceux de la délégation venue de Kinshasa. Chaque candidat a droit à cinq témoins. Ces derniers devraient également être présents pendant l’élection, a assuré la même source.

Pendant le vote, a expliqué le deuxième rapporteur national de la Ceni, «chaque électeur appelé viendra seul pour voter et sortir aussitôt après».

L’élection est censée durer environ trois heures: du dépôt du premier bulletin dans l’urne jusqu’à la lecture finale du procès verbal du déroulement du scrutin.

Jacques Djoli au Bas-Congo

«Je ferai de mon mieux pour que l’élection du gouverneur et vice-gouverneur du Bas-Congo se déroule dans la transparence», a déclaré, ce samedi 27 octobre à Matadi, le vice-président de la Ceni, Jacques Djoli  au siège provincial de cette commission.

Il a rencontré les candidats gouverneur et vice-gouverneur, les représentants des partis politiques et les membres des organisations de la société civile du Bas-Congo.

Jacques Ndjoli les a appelés à la paix, déclarant qu’une «élection est un moment de joie, de réconciliation et d’unité et non un moment d’affrontements entre partis, entre tribus ou entre districts».

Il a fustigé le comportement de l’homme politique congolais «toujours animé par l’esprit de tripatouillage, de corruption, de tricherie».

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Le Conseil national du travail plaide pour le réajustement du SMIG, le salaire minimum interprofessionnel garanti, actuellement fixé à 3 dollars américains. Selon vous: