Equateur: fin du projet brésilien pour la lutte contre les violences sexuelles

Une femme victime de viol.

Le projet brésilien pour la lutte contre les violences sexuelles, qui appuyait  les cliniques juridiques  de l’Equateur à travers le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme (BCNUDH), arrive à terme à la fin de ce mois de novembre. Les responsables de ce projet ont indiqué, lundi 29 octobre, que la clinique juridique de Mbandaka avait accompagné plus de 75 cas de violences sexuelles, dont 19 seulement avaient abouti à des jugements. 

Selon ce projet brésilien, les cliniques juridiques avaient pour mission d’accompagner au moins 60 victimes devant les cours et tribunaux jusqu’à l’obtention des jugements. Celle de Mbandaka n’a pas atteint ce nombre.

Le président de la clinique juridique de Mbandaka, Me François Tshiteya, a expliqué que plusieurs contraintes étaient à la base de cette contreperformance, notamment la lenteur au niveau de l’instruction préparatoire:

«Plusieurs sujets tombent tous les jours au parquet et le nombre des secrétaires chargés de dactylographier les requêtes à diriger vers le tribunal est insuffisant. Et, lorsqu’il y a des dossiers qu’on amène avec les prévenus, la priorité est accordée à ces dossiers-là

François Tshiteya a également déploré les évasions de plus en plus fréquentes des prévenus «placés sous mandat d’arrêt provisoire». Selon lui, ces évasions sont dues au fait que «la ville de Mbandaka n’a pas une prison digne de ce nom».

Parfois, de fausses adresses mentionnées sur des procès verbaux d’audition ne permettent pas à la justice de poursuivre les présumés coupables.

Certains parents refusent d’amener leurs enfants en conflit avec la loi devant les juges. Et la loi n’autorise pas ces derniers à les juger par défaut, explique Me François Tshiteya.

La Clinique juridique de Mbandaka a salué le travail abattu par ce projet brésilien, qui a «apporté un soulagement aux victimes» des violences sexuelles dans cette province. Elle a par ailleurs, recommandé aux autorités judiciaires ainsi qu’aux ONG notamment:

  • la prise en charge des frais de consignation de leurs dossiers,
  • la réhabilitation de la prison de Mbandaka
  • le recrutement de nouveaux secrétaires du parquet,
  • le renforcement de capacités du personnel judiciaire
  • la dotation du parquet en équipements informatiques.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout: