RDC : Vital Kamerhe appelle le gouvernement à négocier avec les mutins

Vital Kamerhe, président national de l’Unc ce 21/06/2011 à Kinshasa, lors de la signature de la charte des membres de AVK. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

« C’est le moment de faire taire les armes et de discuter avec les mutins de façon à éviter la répétition de l’histoire », a recommandé dimanche 18 novembre l’opposant Vital Kamerhe, président de l’Union pour la nation congolaise (UNC), au gouvernement congolais. Au cours d’une déclaration à la presse sur la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC, Vital Kamhere a estimé que, l’armée étant « infiltrée », les militaires congolais vont mourir sur le front « pour rien ».

« Devant une armée infiltrée, une armée qui a connu des mixages, des brassages, des intégrations à la congolaise, nous disons qu’on va faire tuer nos militaires inutilement sur le front. Il n’y a pas de honte à négocier », a déclaré Vital Kamerhe.

L’ancien président de l’Assemblée nationale entre 2007 et 2009 dit avoir constaté une irresponsabilité à la tête de l’Etat face à la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC.

« On veut nous faire croire qu’on va mettre des verrous qui vont éviter à la ville de tomber ? Il faut, entre deux maux, choisir le moindre », a ajouté Vital Kamerhe, ancien secrétaire général du PPRD, le parti présidentiel.

De son côté, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende souligne que Kinshasa n’a pas rompu le dialogue avec Kigali, malgré les dernières attaques du M23. Il indique que le dialogue se poursuit dans le cadre le Conférence internationale de la région de grands lacs (CIRGL), tout en précisant que la coopération bilatérale devient difficile.

« Parler avec le Rwanda, c’est négocier avec le Rwanda, parce que c’est lui le problème. Nous n’avons jamais cessé. Nous en parlons avec lui à la CIRGL, nous en parlions avec lui en bilatérale, mais maintenant c’est difficile, nous préférons le faire dans le cadre de la CIRGL », a affirmé Lambert Mende.

Le ministre congolais demande à la population de Goma de ne pas céder aux rumeurs qui circulent dans la ville faisant état de sa chute, car, dit-il, c’est une façon de déstabiliser la population.

« Pour l’instant nous nous occupons de défendre notre territoire. Nous défendons Goma et ils [les rebelles] n’ont pas pu progresser vers Goma aujourd’hui. Nous savons qu’ils reviendront à l’assaut », a-t-il ajouté.

Le porte-parole du gouvernement a par ailleurs félicité les FARDC pour avoir protéger Goma.

« Nous félicitons d’ailleurs les FARDC pour la vélocité dont elles ont pu faire preuve malgré certaines rumeurs malveillantes prétendues par certaines radions périphériques parlant des fuites de nos troupes de Goma vers Bukavu. Ce qui est tout à fait faux. Ces radios ont même parlé de la fuite du gouverneur alors qu’il est dans son bureau. Donc on essaye comme ça de répandre de faux bruits pour déstabiliser psychologiquement les Congolais. Nous voudrions que les Congolais sachent que la panique est l’allié de l’ennemi », a poursuivi Lambert Mende.

Lire sur radiookapi.net :

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout: