Après la chute de Goma, le Rwanda appelle à un dialogue politique en RDC

Après la prise de contrôle de la ville de Goma par les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) ce mardi 20 novembre, le Rwanda a appelé à un dialogue politique en République démocratique du Congo. « Ce qui s’est passé aujourd’hui à Goma montre clairement que l’option militaire pour apporter une solution à cette crise a échoué et que le dialogue politique est la seule façon de résoudre le conflit en cours », a affirmé dans un communiqué la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo.

« En se contentant de pointer du doigt de prétendus coupables et en ignorant les causes profondes du conflit en RDC, la communauté internationale a raté l’occasion d’aider la RDC à rétablir la paix et la sécurité pour ses citoyens », a également estimé la ministre rwandaise, faisant allusion aux accusations portées par de nombreuses organisations dont les Nations unies qui accusent son pays de soutenir le M23.

Pour Louise Mushikiwabo, « le Rwanda est totalement impliqué dans le processus de paix sous les auspices de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs ».

La ministre qui participera à la réunion extraordinaire de la CIRGL ce mardi à Kampala a déclaré que son pays va continuer à travailler avec les Etats membres « en vue d’une paix totale et durable dans notre région ».

Le président congolais, Joseph Kabila, qui s’est adressé à la nation après la chute de Goma, s’est rendu à Kampala pour prendre part à cette réunion.

La CIRGL travaille pour le déploiement d’une force internationale neutre à la frontière entre le Rwanda et la RDC pour lutter contre les groupes armés actifs dans la région comme le M23 et les FDLR.

Aux prises avec l’armée congolaise depuis le mois de mai dernier, le M23 réclame des négociations directes avec le gouvernement. Ces négociations devraient impliquer notamment l’opposition congolaise, la société civile ainsi que la diaspora.

Le gouvernement congolais a toujours refusé de négocier avec ce mouvement rebelle. « Le M23 ne devient pas un interlocuteur parce que le Rwanda a agressé Goma », a déclaré ce mardi Lambert Mende dans un entretien accordé à Radio Okapi.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Le Conseil national du travail plaide pour le réajustement du SMIG, le salaire minimum interprofessionnel garanti, actuellement fixé à 3 dollars américains. Selon vous: