Dans les faits, la RDC est toujours sous embargo d’armes, selon Lambert Mende

Lambert Mende Omalanga, Ministre congolais de la Communication et des médias, lors d’une interview à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende a reconnu, jeudi 29 novembre, que la RDC n’était plus juridiquement sous embargo d’armes depuis 2008. Mais, il a soutenu que dans les faits, le pays ne peut toujours pas acheter les armes auprès de ses «fournisseurs habituels». Il répondait au porte-parole de la Monusco qui avait déclaré mercredi dernier que la RDC n’était plus sous embargo d’armes, précisant que seuls les groupes armés étaient soumis à cette mesure.

« Le porte-parole de la Monusco a tout à fait raison lorsqu’il dit que depuis 2008, en principe, on a rayé la RDC de la liste d’entités qui ne peuvent pas acheter des armes. C’est juridiquement la réalité », a soutenu le porte-parole du gouvernement congolais.

Mais dans les faits, a-t-il ajouté, « nous ne pouvons pas acheter des armes à nos fournisseurs traditionnels qui sont spécialement des Occidentaux».

Selon Lambert Mende, ces fournisseurs sont soumis à une sorte de «code de bonne conduite » qui les rendrait réticents à vendre des armes à un pays qui a figuré sur la liste des pays soumis à un embargo.

« Les armes qu’on a vues au défilé militaire du 30 juin 2010-lors de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance de la RDC- le peuple congolais les a payés parfois 10 fois plus cher que ne les paient ses voisins », a-t-il expliqué.

Pour démonter que la RDC n’était plus sous embargo, le porte parole civil de la Monusco s’était interrogé sur l’origine des armes présentées lors du défilé du 30 juin 2010.

« Nous avons vu des armes défilées ici sur le boulevard à l’occasion de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance de la RDC. On ne fabrique pas d’armes au Congo. Elles ont été achetées quelque part », avait-il indiqué.

Pour Lambert Mende, « ce qui intéresse le peuple congolais, c’est ce qui se passe dans la réalité ».

« Sur le principe, il n’y a pas d’embargo, mais dans le fait il y a un embargo », a-t-il conclu.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

«Une enquête indépendante, transparente et crédible est nécessaire pour traduire en justice les auteurs et les instigateurs des violences» du 19 et 20 septembre derniers, a déclaré la haute commissaire adjointe de l’ONU aux droits de l'Homme, Kate Gilmore. Selon vous :

Mots-clés populaires

RDC (280)
Dialogue (215)
Beni (64)
Opposition (64)
Ceni (63)
Edem Kodjo (57)
Monusco (54)
FARDC (54)
Kinshasa (54)
Police (47)
UDPS (39)
ADF (33)
Lubumbashi (27)
élection (25)
Elections (25)
Nord-Kivu (24)