RDC: le gouvernement provincial du Nord-Kivu va rentrer à Goma lundi

Julien Paluku Kahongya, gouverneur du Nord-Kivu, octobre 2008. (droits tiers)

L’administration se réinstalle peu à peu à Goma après le retrait, samedi 1er décembre, des rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) de cette ville qu’ils ont occupée pendant une dizaine de jours. Ce dimanche 2 novembre dans l’après-midi, le maire de Goma, Kubuya Ndoole, est rentré de Beni. Partis à Beni à l’entrée des rebelles, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, les membres du gouvernement provincial et de l’Assemblée provinciale ainsi que plusieurs personnalités politiques devraient rentrer le lundi.  

Sur les ondes de Radio Okapi, le maire de Goma a appelé au calme et à la cohabitation pacifique entre les communautés.

Le chef de la police nationale congolaise, général Bisengimana, est aussi arrivé à Goma ce dimanche en provenance de Kinshasa. Il a annoncé que le ministre de l’Intérieur arrivera dans la ville le lundi.

Parti lui aussi s’installer à Beni après l’occupation de Goma par le M23, le porte-parole de la société civile du Nord-Kivu, Omar Kavota a salué le retrait de ces rebelles.

Selon lui, ce retrait constitue « un premier pas qui doit entraîner le  rétablissement de  l’autorité de l’état au Nord-Kivu ». Mais il a souhaité « qu’on puisse en finir même avec cette rébellion ».

Omar Kavota a également réclamé des sanctions contre les rebelles qui, selon lui, se sont illustrés par des graves violations des droits humains.

« La plupart des biens publics ont été saccagés. Plus de trois cents véhicules des particuliers ont été pillés. Nous avons documenté plus d’une vingtaine de cas de femmes violées et des personnes assassinées », a-t-il énuméré, indiquant que tous ces actes ne doivent pas rester impunis.

« Nous considérons qu’il y a une nécessité de réfléchir sur la sécurité au Nord-Kivu mais on ne doit pas consacrer l’impunité », a-t-il prévenu.

Depuis le retrait du M23 de Goma, un calme relatif règne dans la ville mais les activités socio-économiques n’ont pas encore repris.

Les policiers qui ont pris la place des rebelles sont déployés dans les « endroits stratégiques » de la ville. Certains ont commencé à faire des patrouilles.

Leur commandant, colonel Henri Kapend, a appelé la population à collaborer avec ces policiers.

« Ce que je demande à la population c’est d’avoir confiance à la police. On est la police du peuple. A tout moment, ils peuvent nous contacter dans n’importe quel quartier pour venir à leur secours. Nous voulons que la population vive dans le calme », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, il a invité les policiers restés dans la vile malgré la présence du M23 à se présenter à la parade qui sera organisée le lundi au stade Afia, assurant qu’ils ne seront pas discriminés.

Un bataillon de militaires congolais devrait arriver à Goma prochainement pour sécuriser la ville conformément aux résolutions prises à Kampala par les chefs d’Etat des Grands lacs.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout: