Sud-Kivu: 86 miliciens Maï-Maï se rendent aux FARDC afin de combattre les rebelles du M23

Une opération de récupération d’armes de guerre dans une province de la RDC

Quatre-vingt-six miliciens Maï-Maï du groupe du colonel Mayele, déserteur des Forces armées de la RDC (FARDC), se sont rendus à l’armée régulière mercredi 5 janvier dans la localité de Lusambo, dans le Sud-Kivu. Ces combattants disent vouloir combattre aux coté des FARDC contre les rebelles du M23 afin de défendre l’intégrité du territoire national. Ils ont emmené avec eux une cinquantaine d’armes ainsi que des munitions.

Ces 86 combattants Maï-Maï  appartiennent au Mouvement congolais de libération, un parti politique qu’ils ont créé avec une branche armée.

Ces hommes ont remis  une cinquantaine d’arme Aka 47, des munitions et d’autres matériels militaires qu’ils détenaient.

Ils seront regroupés sur place à Lusambo au fur et à mesure que d’autres combattants de leur groupe arriveront des montagnes.

La hiérarchie militaire compte décider ensuite si ces combattants seront mixés directement avec les unités combattantes des FARDC ou dirigés vers le centre de formation de Luberizi, selon des sources militaires.

Un des responsables du groupe, le commandant Kanyegere, a fait savoir que leurs chefs, Mayele et Bwasakala, avaient aussi l’intention de se rendre.

En mi-octobre dernier, les FARDC avaient réussi à mettre en déroute ces groupes armés dans les moyens plateaux de Kitundu, Rurambo et Kijaga.

Ces rebelles s’étaient ensuite retranchés vers la forêt de Bijabo dans les hauts plateaux, avant de se rendre aux FARDC.

Le commandant du 104e régiment des FARDC, le colonel Kazungu, s’est dit assuré qu’un autre groupe Maï-Maï encore actif dans Fizi, les Maï-Maï Yakutumba, pourrait se rendre si les deux chefs du groupe Maï-Maï du colonel Mayele sont bien traités.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Le Conseil national du travail plaide pour le réajustement du SMIG, le salaire minimum interprofessionnel garanti, actuellement fixé à 3 dollars américains. Selon vous: