Guerre dans l’Est: la société civile congolaise prépare un plan de sortie à Entebe

Des membres de la société civile congolaise le 28/05/2012 à Kinshasa, lors du dépôt d’un memo au parlement contre la Ceni. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Des acteurs de la société civile de la Province Orientale, du Nord et Sud-Kivu ont ouvert, jeudi 13 décembre à Entebe (Ouganda), un colloque sur les guerres de l’Est de la RDC et leur signification politique pour la société congolaise et la construction de l’Etat.

Ces acteurs tentent de proposer des solutions et influer sur ce qu’ils appellent «les atermoiements» des acteurs politiques, réunis depuis dimanche 9 décembre à Kampala. Il s’agit des pourparlers entre le gouvernement congolais et la rébellion du M23, sous la médiation ougandaise.

«Comment voulez-vous que dans des négociations comme celle de Kampala, les acteurs politiques perdent toute une journée à s’insulter alors que nous n’avons pas de temps à perdre !», s’est exclamé l’analyste politique Ka Mana au cours des assises d’Entebe (Ouganda).

Il a exposé sur les sept problèmes de fond que soulève la rébellion du M23 aux négociations de Kampala.

Parmi les participants à la rencontre d’Entebe, il y a des médecins, des serviteurs de Dieu, des avocats ainsi que des leaders d’opinion.

Ils sont appelés à produire, dans les jours à venir, un document cadre susceptible à aider les participants aux assises de Kampala de trouver des solutions durables à la crise qui mine la partie Est de la RDC.

A Kampala, la journée du mercredi 12 décembre avait été consacrée à la consultation des deux parties, a indiqué le facilitateur de ces pourparlers, le ministre ougandais de la Défense, Crispus Kiyonga.

Selon lui, il a été question de fixer les termes de référence pour la suite des travaux et de finaliser le projet de règlement intérieur à soumettre aux deux parties.

Selon un agenda initial de la facilitation ougandaise, les pourparlers de Kampala devraient être conclus le 18 décembre.

Lire aussi sur radiookapi.net:

 

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout: