Shabunda : retour au calme après la déroute des miliciens Raia Mutomboki

Des éléments des FARDC au Nord-Kivu (Archives).

Le calme est revenu lundi 24 décembre à Kachungu dans le territoire de Shabunda dans la province du Sud-Kivu. Pendant tout le week-end, des combats ont opposé les Forces armées dela RDC(FARDC) aux Raïa Mutomboki. Ces combats se sont soldés par la mise en déroute des Raïa Mutomboki. Le bilan de ces combats est controversé. La 10e région militaire parle de quinze hommes de Raïa Mutomboki tués, tandis que des sources indépendantes font état de deux morts dont un de chaque camp.

Le comandant de la 10e région militaire, le général Pacifique Masunzu affirme que les rebelles Raïa Mutomboki ont lancé l’assaut sur une position des militaires des FARDC à Kachungu. Selon lui, les combats ont débuté le samedi 22 décembre. Les miliciens ont été mis en déroute tard dans la soirée du dimanche 23 décembre après avoir enregistré une perte de quinze combattants dont le commandant bataillon du groupe Meche Daniel, précise le général Masunzu. Selon lui, un seul militaire de l’armée régulière est tombé sous les balles du camp adverse.

Pourtant, certaines sources sur place évoquent un bilan faisant état de deux personnes tuées soit une personne dans chaque camp.

L’administrateur du territoire de Shabunda, Eloko Nsala en séjour à Bukavu, a confirmé que les FARDC maîtrisaient la situation. Mais il n’a pas été en mesure d’avancer le moindre chiffre.

Ces affrontements ont eu lieu pendant les pourparlers visant à éviter des combats entre FARDC et Raïa Mutomboki. L’administrateur du territoire confirme que ces contacts initiés par la société civile de Shabunda. Ils se sont déjà produits sur l’axe Lulingu –Nyambembe où les deux groupes restent postés sur les deux rives de la rivière Lugulu sans ouvrir le feu.

Des contacts analogues sont prévus sur l’axe Kigulube- Kachungu à partir du mois de janvier prochain.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout: