Kasaï-Oriental: une ONG répertorie 53 cas d’extorsions de biens en 2012

Simulation d’une arrestation par la police à Kisangani, décembre 2010.

Dans son rapport annuel publié, lundi 31 décembre, l’Ong Centre d’étude et de formation populaire pour les droits de l’homme (Cefop DH) a indiqué, lundi 31 décembre, que la situation des droits de l’Homme au Kasaï-Oriental “n’a pas été reluisante” en 2012, à l’instar des autres années.

Intitulé «Défection d’un colonel et violation des droits de l’homme dans la province du Kasaï-Oriental», ce rapport de trente pages indique que les extorsions des biens sont les violations des droits de l’homme les plus enregistrées l’année passée, avec cinquante-trois cas enregistrés.

Le directeur de l’ONG, Emmanuel Kabengele, accuse notamment les militaires envoyés pour arrêter le colonel dissident John Tshibangu d’avoir pris de force les biens de plusieurs personnes.

En dehors des cas d’extorsions, le rapport mentionne également les atteintes à la vie, à l’intégrité physique, aux libertés publiques, à la liberté de circuler et à une justice équitable.

De son côté, le ministre provincial des Droits humains, Joseph Kalombo, s’étonne que ce rapport soit publié à son insu.

«Je ne l’ai pas encore lu. Nous devons échanger pour changer certaines informations. Ils ont parlé des cas de violations des droits de l’Homme mais ils n’ont rien dit du lieu où elles ont été commises. Nous sommes tous là pour que les droits de l’Homme puissent être respectés comme il le faut et selon les normes », s’est-t-il défendu.

Au mois de septembre dernier, le député national Christian Badibangi avait appelé les gouvernements provincial et national à «régulariser la prise en charge» des hommes de troupes envoyés à Dimbelenge pour traquer le colonel dissident John Tshibangu.

L’élu craignait que l’absence d’une prise en charge correcte de ces militaires mette en péril la paix dans cette entité et perturbe les activités quotidiennes de la population.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout: