Katanga: l’armée et la police posent une canalisation dans le quartier de la paix à Kalemie

Des éléments des FARDC au Nord-Kivu (Archives).

Vingt-quatre heures après une manifestation de colère des habitants du quartier de la paix, à Kalemie (Katanga), la police et les FARDC ont commencé le 1er janvier à poser une canalisation pour l’évacuation des eaux de pluie vers le lac Tanganyika. Ces habitants protestaient contre «l’inaction » des autorités locales face aux inondations dues aux eaux de pluie. L’administrateur du territoire a recouru au génie militaire pour l’exécution de ces travaux.

Depuis deux mois, les pluies quasi-quotidiennes ont causé plusieurs inondations au quartier de la paix, un des plus chics de Kalemie.

Le jour de l’an, des éléments de la police navale ont commencé l’installation de grosses canalisations d’eau, fournies par la Regideso (Régie de distribution d’eau).

Le major Lelo du bataillon franchissement des FARDC explique qu’au total 24 mètres de tuyaux seront installés.

Ces travaux sont supervisés par l’administrateur du territoire.

Les habitants de ce quartier, qui se sont dit satisfaits de la réponse de l’autorité à leurs plaintes, participent activement à ces travaux, notamment en fournissant du ciment de construction, de la manutention et de la nourriture pour les travailleurs.

Dimanche, ces habitants avaient érigé des barricades sur la principale chaussée de la ville pour protester, d’après eux, contre l’indifférence des autorités locales face aux inondations qui affectent leur quartier depuis près deux mois.

En colère, ils avaient jeté leurs biens détruits par les eaux de pluie sur la chaussée, dont plusieurs matelas ainsi que des ustensiles de cuisine. Les FARDC avaient dû intervenir pour rétablir la circulation.

Lire aussi sur radiokapi.net :

Kalemie: manifestations publiques contre «l’inaction» des autorités face aux inondations

Province Orientale : plus de 10 000 familles vivent dans des pirogues après l’inondation de la cité de Basoko

Sondage

Les élèves de certaines localités de Beni ne pourront pas reprendre le chemin de l’école à cause de l’insécurité, ont récemment constaté des députés de ce territoire du Nord-Kivu. Selon vous, il faudrait: