Bunia: plus de 100 maisons inondées et plusieurs sans abris après la pluie

Des déchets en plastique dans la rivière inondée qui sépare les quartiers Mombele et Limete résidentiel après la pluie du 22 octobre 2012 à Kinshasa.

Plus de cent maisons ont été inondées et plusieurs personnes sont sans abris après la pluie qui s’est abattue mercredi 30 janvier sur Bunia, chef-lieu de l’Ituri, en Province Orientale. Selon des témoins, la rivière Nyamukawu, qui divise la ville de Bunia en deux parties, est sortie de son lit. Trois personnes, qui ont perdu connaissance, ont été évacuées vers l’hôpital de la place.

Surpris par cette pluie, des habitants riverains de Bunia sont restés bloqués dans leurs habitations, sans pouvoir évacuer leurs biens.

Des témoins affirment que certains habitants ont dû détôler les maisons de leurs voisins, entre les ponts Matete et Nyamukawu, pour les aider à sortir.

Au pont Soderu, d’autres habitants étaient en train d’évacuer leurs appareils électro ménagers, engloutis par l’eau, et tentaient de trouver refuge ailleurs.

Les sinistrés de Bunia n’ont encore bénéficié d’aucun secours du gouvernement.

Selon les dernières nouvelles, le niveau des eaux de la rivière Nyamukawu commence à baisser.

Le chef de la cité de Bunia a indiqué que ces dégâts enregistrés sont dus notamment aux constructions anarchiques  sur des sites inappropriés comme le lit de la rivière. Il a annoncé des mesures drastiques pour décourager cette pratique.

Il y a cinq ans, les pluies torrentielles avaient emporté les toitures d’une dizaine de d’habitations, et fait écrouler un mur de l’Eglise catholique du quartier Yambi Yaya, à Bunia.

Cette pluie avait également détruit les antennes locales de réception d’images de relais de la Radio télévision nationale congolaise (RTNC), et de la chaine de télévision privée Digital Congo.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout: