RDC : Matata Ponyo promet de débloquer 50 000 000 USD pour développer l’agriculture

Matata Ponyo Mapon, premier ministre de la RDC. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le Premier ministre de la RDC, Augustin Matata Ponyo, a promis de mettre à la disposition des provinces cinquante millions de dollars américains pour le développement de l’agriculture au cours de l’année 2013. C’était lors d’un échange qu’il a eu jeudi 31 janvier à Lubumbashi au Katanga avec les gouverneurs des provinces.

Le porte-parole des gouverneurs et gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, a indiqué que cette somme sera débloquée en deux tranches.

« Le Premier ministre a annoncé qu’il mettra à la disposition de la République vingt-six millions de dollars américains pour ce premier trimestre et trente millions pour la campagne agricole de septembre 2013 », a–t-il expliqué.

Julien Paluku a ajouté que le Premier ministre, Matata Ponyo, a demandé à chaque gouverneur d’élaborer un projet pour que ce secteur devienne le moteur de développement, afin de ne pas se focaliser seulement sur les mines.

« Nous avons été reçu par le Premier ministre pour que nous analysions un autre scandale qui est souvent oublié, à savoir le scandale agricole. Il n’a pas seulement focalisé son regard sur des richesses minières mais également sur les richesses agricoles dont dispose chaque province. Chaque province devra se spécialiser dans un domaine donné et que ce secteur devienne le fer de lance du développement en RDC », a déclaré Julien Paluku.

La rencontre a eu lieu en présence du ministre de l’Agriculture, Jean Chrisostome Vahamuiti. Les gouverneurs des provinces lui ont demandé d’évaluer la distribution des tracteurs pour que le nombre d’engins à donner à chaque province rencontre ses besoins réels.

Déjà en 2010, des tracteurs ont été remis par le gouvernement central et les gouvernements provinciaux aux agriculteurs pour la relance de l’Agriculture. Dans certaines provinces, ces engins n’ont pas été utilisés, notamment au Kasaï-Occidental et en Province Orientale. Dans d’autres, ils ont été mal gérés, comme cela a été le cas au Katanga.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Le Conseil national du travail plaide pour le réajustement du SMIG, le salaire minimum interprofessionnel garanti, actuellement fixé à 3 dollars américains. Selon vous: