Nord-Kivu: le gouverneur Julien Paluku invite les groupes armés à participer au dialogue social

Julien Paluku le 8/3/2012 à Goma. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, invite les groupes armés à participer au « dialogue social » qui débute ce jeudi 14 mars dans la cité d’Oïcha. Ce dialogue annoncé depuis plusieurs semaines est destiné à «identifier les causes profondes de l’insécurité dans le territoire de Beni». Ces deux territoires sont en proie à l’activisme des groupes armés locaux et étrangers.

Julien Paluku indique que toutes les couches de la population de Beni doivent être représentées à ce dialogue social.

Pour lui, les participants à ces assises vont répondre principalement à trois questions :

  • Qu’est ce qui se passe à Beni ?
  • Pourquoi cela se passe ?
  • Que devons-nous faire pour y  apporter des solutions ?

Il estime que des discussions regroupant environ deux cents personnes autour de ces questions permettront de connaître l’ensemble de problèmes sécuritaires que connaît le territoire de Beni.

Le gouverneur du Nord-Kivu invite aussi les groupes armés à participer à cette rencontre pour  exprimer leurs revendications.

« On ne va arrêter personne », assure-t-il, ajoutant : « Nous venons pour diagnostiquer le mal ».

A l’annonce de ce dialogue, Julien Paluku avait indiqué que ces assises devaient notamment évaluer les opérations Ruwenzori menées depuis trois ans contre les groupes armés actifs dans cette partie du pays. Il s’agit notamment des rebelles ougandais de l’ADF-Nalu.

Ces rebelles sont accusés d’exactions contre les populations civiles. Ils auraient notamment enlevé environ quarante personnes depuis le mois de janvier.

En janvier dernier, les responsables de la Société civile de Beni avaient déploré des attaques de l’ADF-Nalu contre la population malgré la présence des militaires congolais.

Pour sa part, le colonel Ruhorimbere qui commande les opérations Ruwenzori avait estimé que la capacité de nuisance des rebelles ougandais a été « sensiblement réduite depuis le début de ces opérations ».

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout: