RDC: le nombre de réfugiés centrafricains a doublé en l’espace d’un mois à Zongo

Des refugiés Congolais venues de Dongo en RDC, dans un camp à Betou au Congo-Brazzaville. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le nombre de réfugiés centrafricains enregistrés par le HCR est passé, en un mois, de 6 000 à 13 860 dans la ville de Zongo, à 200 km au Nord-Est de Mbandaka (Equateur). Selon une mission conjointe Monusco-FARDC, effectuée du 29 avril au 1er mai, la ville de Zongo héberge également des réfugiés militaires avec leurs dépendants.

La mission a également indiqué que la situation sécuritaire reste inquiétante à Zongo notamment dans le camp des réfugiés de Worobe où un corps sans vie d’une réfugiée, mère de trois enfants, a été découvert mardi dernier.

De son côté, le maire de la ville de Zongo, Michel Siazo Yekeyeke, a affirmé la présence des FACA (Forces armées centrafricaines) dont le nombre n’est pas bien connu dans l’île de Singe sur la rivière Ubangi en aval de Zongo dans le territoire de Libenge.

Suite à la proximité du camp de Worobe avec la frontière centrafricaine, le HCR envisage de délocaliser les réfugiés vers la localité Mole, située à 35 km de  Zongo.

Ces réfugiés centrafricains fuient l’insécurité dans leur pays basculé, depuis le 23 mars dernier entre les mains du groupe Seleka, renversant le régime de François Bozize.

A la fin du mois de mars dernier, cet afflux de réfugiés dans l’Equateur préoccupait les humanitaires qui craignaient de voir s’aggraver la précarité de la population locale notamment avec une crise alimentaire, selon le porte-parole des humanitaires, Sylvestre Ntumba, au cours de la conférence des agences des nations en RDC.

Dans la ville de Zongo en Equateur, par exemple, avait-il indiqué, les capacités d’accueil des réfugiés sont très limitées.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Le Conseil national du travail plaide pour le réajustement du SMIG, le salaire minimum interprofessionnel garanti, actuellement fixé à 3 dollars américains. Selon vous: