Ituri: les sages-femmes déplorent leurs conditions de travail

Infirmières de l’hôpital général de Kinshasa, janvier 2011.

Les accoucheurs et accoucheuses de l’Ituri travaillent dans des conditions difficiles. La présidente de l’Union nationale des accoucheurs et accoucheuses du Congo (UNAAC) dans ce district de la Province Orientale, Buma Agenonga, l’a déclaré ce dimanche 5 mai à Bunia, chef-lieu du district de l’Ituri, à l’occasion de la célébration de la journée internationale des sages-femmes.

Buma Agenonga regrette également que les accoucheuses et accoucheurs du district de l’Ituri manquent de matériel adéquat pour procéder «correctement» aux accouchements:

«La plupart de ces femmes exercent ce métier sans bénéficier d’une formation en la matière et nombreuses d’entre elles travaillent sans disposer d’outils nécessaires pour procéder à un accouchement approprié. Lorsque la femme se trouve devant cette difficulté, l’accoucheuse est obligée de l’envoyer dans un autre centre plus performant. Mais, il se pose également le problème de moyens des transports».

De son côté, le médecin-chef de zone de santé de Bunia, Pascal Mbukana, a salué le travail réalisé par les sages-femmes en Ituri.

Pour lui, les médecins devaient leur rendre « un hommage mérité » notamment dans des régions où il est rare de trouver un personnel médical qualifié.

«Dans les zones de santé rurales, ce sont souvent ces sages-femmes qui sont en contact avec les femmes enceintes et les médecins ne viennent qu’après pour corriger. Le rôle des médecins est d’encadrer ces sages-femmes de façon pratique pour mieux faire encore », a expliqué le docteur Pascal Mbukana.

Le district de l’Ituri compte près de soixante-dix accoucheuses, identifiées et formées. Pour la section locale de l’UNAAC, ce nombre est insuffisant pour assister correctement les femmes enceintes.

A Bunia, la journée des accoucheuses a été marquée par les discours de différentes autorités locales et une caravane motorisée sur les artères de cette ville.

A Kinshasa, un colloque international francophone des sages-femmes est organisé dimanche 5 et lundi 6 mai au Grand Hôtel Kinshasa à l’occasion de cette journée.

A l’ouverture du colloque, le président de l’Union nationale des accoucheurs et accoucheuses du Congo a déclaré que cette rencontre avait pour objectif « de valoriser le métier d’accoucheurs longtemps négligé et oublié en RDC ».

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Le gouvernement a interdit la diffusion en RDC du film «L’homme qui répare les femmes» sur l’œuvre du Dr Mukwege, estimant qu’il « porte atteinte à l’honneur de l’armée». Selon vous: