Russ Feingold, nouvel émissaire des Etats-Unis pour la région de Grands lacs

Russ Feingold, nouvel émissaire des Etats-Unis pour la région de Grands lacs/Ph. Droits tiers

Russ Feingold a été nommé, mardi 18 juin, nouvel émissaire des Etats-Unis pour la région de Grands lacs. Il succède à Barrie Walkley, qui a occupé ce poste depuis décembre 2011. A travers cette nomination, les Etats-Unis veulent contribuer à sceller la paix dans l’est de la RDC, meurtrie notamment par la rébellion congolaise du M23, a souligné le secrétaire d’État américain, John Kerry, cité par l’AFP.

« Nous restons extrêmement perturbés par la souffrance dans la région des Grands lacs et par la crise qui se déroule dans l’est de la RDC », a déclaré John Kerry.

Le secrétaire d’Etat américain a indiqué que Russ Feingold est « un expert » qui connaît bien la région de Grands lacs.

« Nous sommes convaincus que nous pouvons aider les parties à trouver le chemin vers une paix durable, une cessation permanente des hostilités et vers le désarmement et la démobilisation du M23 », a affirmé John Kerry.

Selon lui, le retour de la paix en RDC et le désarmement et la démobilisation du M23 est « une priorité élevée » pour son gouvernement.

Russ Feingold travaillera en étroite collaboration avec la représentante spéciale de l’ONU pour la région des Grands lacs, Mary Robinson, précise Washington.

Le M23 a vu le jour en mai 2012.  Les chefs militaires de ce mouvement avaient appartenu à l’ex-rébellion du CNDP de Laurent Nkunda avant d’intégrer l’armée loyaliste et de redevenir rebelles. A sa création, les rebelles exigeaient l’application de l’accord du 23 mars 2009 signé entre le gouvernement et le CNDP. Les rebelles du M23 ont occupé brièvement la ville de Goma en novembre 2012. Ils s’en sont retirés en échange des négociations ouvertes en décembre de la même année avec le gouvernement congolais à Kampala.

Les deux parties n’ont pas encore abouti à un accord.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Les élèves de certaines localités de Beni ne pourront pas reprendre le chemin de l’école à cause de l’insécurité, ont récemment constaté des députés de ce territoire du Nord-Kivu. Selon vous, il faudrait: