RDC: la Cour de comptes révèle l’exécution des projets imprévus dans le budget 2012

Le premier ministre, Matata Ponyo Mapon et les membres de son gouvernement le 15/04/2013 au palais du Peuple à Kinshasa, lors d’une plénière à l’assemblée nationale. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Dans son rapport général sur le contrôle de l’exécution du budget 2012, la Cour des comptes indique que ce budget n’a pas obéi aux exigences budgétaire et financière. La Cour épingle notamment l’exécution des projets qui n’étaient prévus dans le budget. Commentant ce rapport déposé au Parlement, Jean-Marie Bamporiki, député du parti de l’opposition UNC, accuse le gouvernement de Matata Ponyo de mauvaise gestion.

« La Cour a refusé d’émettre un vote de conformité pour ce rapport, de déclarer conforme aux normes la façon dont le pays a été géré par le gouvernement Matata en 2012 », explique-t-il.

A en croire le député, la Cour de comptes révèle dans son rapport que le gouvernement a payé des dépenses qui n’avaient aucun compte dans le budget voté.

« La Cour dit que le gouvernement Matata a utilisé l’argent de la population pour des dépenses que cette population n’a pas autorisées parce que le budget c’est l’autorisation que la population donne au gouvernement pour l’utilisation de son argent », fait savoir l’opposant.

En résumé, conclut-le député, la Cour dit que le gouvernement Matata a mal géré le pays  en 2012.

Interrogé par Radio Okapi, le député de la majorité Jean-Luc Mutokambale, président de la Commission économique et financière reconnaît que ce rapport remis aux députés soulève des débats. Mais il explique qu’il ne peut pas encore se prononcer sur ce rapport qui n’a pas encore été traité dans sa commission.

Le budget 2012 de la RDC s’élevait à près de 8 milliards de dollars américains.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Le ministre chargé de l’initiation à la nouvelle citoyenneté a réaffirmé mercredi 2 septembre la détermination du gouvernement à rétablir le rite solennel du salut au drapeau dans les écoles de la RDC. Selon vous, cette pratique: