Nord-Kivu : un premier tribunal de paix installé à Rutshuru

Prestation serment des magistrat congolais

Un tribunal de paix a été officiellement installé pour la première fois lundi 18 novembre à Rutshuru, dans le Nord-Kivu. Cette juridiction civile, la 6e de la province après ceux de Walikale, Masisi, Lubero, Butembo et Beni, vient prendre en charge les problèmes de conflits fonciers et autres matières civiles. La nouvelle équipe est composée d’un président, d’un juge et d’un greffier. L’installation de cette juridiction entre dans le cadre du rétablissement effectif de l’autorité de l’Etat dans cette partie du Nord Kivu longtemps contrôlée par le M23.

Selon l’administrateur assistant de Rutshuru, ce territoire, en tant que zone post-conflit, enregistre plusieurs cas de conflits fonciers et interethniques.

Abondant dans le même sens, le ministre provincial de la Justice, Christophe Ndibeche, a affirmé que cette nouvelle juridiction marque une nouvelle ère dans le fonctionnement de la justice dans ce territoire.

La présence du tribunal de paix vient ainsi renforcer la paix sociale et la restauration de l’autorité de l’Etat, a-t-il déclaré.

Pour sa part, le premier président de la cour d’appel de Goma, Azard Banide, a demandé à la nouvelle équipe de jouer correctement son rôle, c’est-à-dire dire le droit en toute impartialité et indépendance.

Il a en outre invité la population à respecter les décisions de ce tribunal.

Azard Banide évoque cependant des défis à relever, dont le manque de moyens logistiques et de mobiliers. Il dit cependant compter sur l’appui des partenaires pour résoudre ces difficultés.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Ituri: des audiences foraines pour désengorge​r la prison centrale de Mahagi

RDC : les magistrats ont reçu leurs frais d’affectation dans les provinces

Katanga : des suspects détenus arbitrairement à Kamina suite à l’absence de juges

Sondage

Trois regroupements de l’opposition appellent à une journée « ville morte » le 16 février prochain à Kinshasa pour exiger le respect de la constitution en rapport avec l’élection présidentielle. Selon vous :