Nord-Kivu: un agent de la Monusco tué à Beni

Hamza Katsambya, employé de la Monusco assassiné le 5 février 2014 à Beni. Ici, dans la forêt de Kasindi, à la frontière avec l’Ouganda, dans une mission de sensibilisation des membres des groupes armés (Le 13 novembre 2013).

Hamza Katsambya, agent congolais de la Mission de l’Onu pour la stabilisation en RDC (Monusco), a été abattu par un homme armé ce mercredi 5 février dans la ville de Beni au Nord-Kivu. Selon les premiers témoignages recueillis sur place, Hamza a été tué d’une balle dans la poitrine aux environs de 8h30 (heure locale) dans la  commune de Mulekera,  en plein centre-ville de Beni.

La victime travaillait comme interprète à la section de Désarmement, démobilisation, rapatriement, réintégration et réinstallation des anciens combattants de la  Monusco à Beni. Il a été tué à environ 200 mètres de sa résidence pendant qu’il se rendait au travail.

Un homme en tenue civile s’est approché de Hamza Katsambya avant de sortir une arme de son sac et de lui tirer dessus à bout portant, indiquent des témoins. La victime est morte sur-le-champ.

D’autres témoins rapportent qu’après ce meurtre,  l’assassin s’est enfui à moto vers une destination inconnue.

Des sources sécuritaires et policières précisent que la douille ramassée sur le lieu du crime prouve que l’arme utilisée par l’assassin était un AK 47.

De son côté, le maire de la ville de Beni affirme qu’au regard des premiers éléments d’enquête à sa disposition, il s agit d’un assassinat ciblé.  Il promet que tout sera mis en œuvre pour arrêter l’auteur du crime.

Mise en garde de la Monusco

Dans un communiqué, le patron de la Monusco a condamné ce meurtre. Martin Kobler a demandé aux autorités d’ouvrir « sans délai » une enquête et d’appréhender les auteurs de « cet acte ignoble ».

« Les personnes impliquées doivent être traduites devant la justice le plus rapidement possible », indique le document.

Pour sa part, le représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations unies en RDC chargé des opérations à l’Est de la RDC, le général Abdallah Wafi, a affirmé que la Monusco suivra de très près l’enquête sur cet assassinat jusqu’à l’arrestation des auteurs .

« La Monusco suivra cette enquête jusqu’à ce que les auteurs de cet odieux assassinat soient identifiés et traduits en justice. S’attaquer à un personnel du maintien de la paix est un crime de guerre », a déclaré le général Abdallah Wafi, à partir de Beni-ville où il est arrivé quelques heures après l’assassinat d’un staff national de la Monusco de Beni.

Il a également mis en garde tous les groupes armés et les personnes qui tenteraient de s’attaquer au personnel des Nations unies.

« Il réitère toute fois l’engagement de la Monusco de neutraliser tous les groupes armes actifs  en RDC. Je dis et je redis [à] tous les groupes armés et tous les rebelles : ceci n’entamera en rien notre détermination à ramener la paix », a ajouté le général Abdallah Wafi.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Mots-clés populaires