Nord-Kivu: l’armée déloge les miliciens APCLS de Nyabiondo

Des militaires congolais au Nord-Kivu. (Photo Monusco)

L’armée congolaise a délogé depuis le lundi 17 février en début d’après-midi les miliciens de l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS) de Nyabiondo dans le territoire de Masisi au Nord-Kivu. Des sources sur place indiquent que cette localité a été reprise après d’intenses combats qui ont opposé militaires et miliciens pendant près de six heures.

Les APCLS ont opposé une vive résistance pour garder cette localité, considérée comme leur base avancée dans la région.

Les FARDC ont mis à contribution l’armement lourd, dont des hélicoptères de combat, qui ont pilonné les positions ennemies. Les positions des miliciens à Kashebere, un village proche de Nyabiondo, ont également été bombardées.

Les combattants APCLS délogés de Nyabiondo seraient signalés à Kinyumba, localité située à 15 km plus loin.

Des sources de la société civile locale rapportent que les populations civiles qui avaient trouvé refuge autour de la base des casques bleus de la Monusco à Nyabiondo se sont enfuies.

L’administrateur du territoire de Masisi, Dieudonné Tshishiku, invite les habitants de Lwashi, Bukombo, Kahutu, Kasho et Bondé d’où les miliciens APCLS ont récemment été délogés de regagner leurs domiciles. Il assure que la sécurité est rétablie sur place.

Le porte-parole de l’armée congolaise au Nord-Kivu, le colonel Olivier Hamuli, avait annoncé le lundi que les FARDC allaient poursuivre les APCLS jusque dans la localité de Lukweti, à environ 10 kilomètres de Nyabiondo, considérée comme le quartier général de la milice.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Dans deux conférences de presse séparées hier à Kinshasa, Martin Kobler, le chef de la Monusco et Thomas Periello, envoyé spécial des Etats-Unis dans les Grands Lacs ont réaffirmé la position de la communauté internationale qui tient à voir la RDC organiser la présidentielle et les législatives dans les délais constitutionnels. Selon vous: