Le club de Paris efface 7,35 milliards USD de dette de la RDC


dollars-americains ©aschkel.info

Le Club de Paris a annoncé dans un communiqué, jeudi 18 novembre, l’annulation de la totalité de la dette de la RDC, soit plus de 7 milliards et demi de dollars américains. Cette annulation est consécutive à l’atteinte par la RDC du point d’achèvement de l’initiative des pays pauvres très endettés (PPTE) en fin juin 2010.

« L’annulation de la dette ne va pas avoir un impact direct dans la casserole de le tout le monde. Mais cette annulation donne davantage de moyens au gouvernement d’avoir une marge de manœuvre supplémentaire quant à une bonne gestion de politique sociale tournée vers le développement, vers la réduction de la pauvreté», a estimé jeudi Matata Ponyo, le ministre des Finances de la RDC

Il a affirmé que les négociations continuent avec d’autres bailleurs, notamment le club de Londres, pour annuler au moins 5 milliards de dollars restants.

Les Etats-Unis figurent parmi les pays membres du club de Paris. La dette congolaise envers ce pays est de l’ordre d’un milliard et demi de dollars. Saluant l’étape franchie par la RDC, l’ambassadeur américain en RDC, James Entwistle, a rassuré qu’il ne reste qu’à conclure un accord bilatéral pour concrétiser cette annulation.

«Nous avons décidé, en principe, d’annuler les créances  de tous les pays qui ont beaucoup de dettes. Et nous soutenons également tous les efforts entrepris pour aller de l’avant dans les reformes relatives à l’amélioration du climat des affaires », a déclaré James Entwistle.

Fin juin 2010, la RDC avait atteint le point d’achèvement de l’initiative PPTE (Pays pauvres très endettés).

Le processus d’annulation de 90% de la dette de la de RDC évaluée à environ 12 milliards de dollars était enclenché.

Le Club de Paris est le plus grand créancier de la RDC. Avec l’annulation de 7 milliards, il restera à la RDC d’obtenir l’annulation de 5 milliards de dollars USD.

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout: