La Fec dénonce le mauvais climat des affaires en RDC

De gauche à droite : Augustin Matata Ponyo, Premier ministre et Albert Yuma Président de Fédération des entreprises du Congo (Fec) le 3/08/2012 à Kinshasa, après une rencontre entre le chef du gouvernement de la RDC et le patronat. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le climat des affaires en RDC s’est brutalement dégradé ces dernières semaines, a indiqué la Fédération des entreprises du Congo (Fec) dans son communiqué publié jeudi 20 décembre. Elle déplore le paradoxe entre le discours du Gouvernement prônant l’amélioration du climat des affaires et les actes et comportements des autorités fiscales sur le terrain.  

«Nous avons vécu au cours de ces dernières semaines un ballet incessant d’autorités  imposant tracasseries, nouvelles pénalités, mises en demeure, accusations de fraude, remise en cause de contrats, suspicions à l’égard de déclarations de vente, de stocks, de prix…», s’est plaint le président de la Fec, Albert Yuma Mulimbi, signataire du communiqué.

Presque toutes les sociétés subissent le «ton outrageant de quelques-unes des autorités, les accusant, sans le moindre début de preuve, d’éluder les impôts et de manœuvrer pour réduire l’assiette fiscale», a-t-il expliqué.

Lors d’une conférence, mardi 16 octobre à Kinshasa, des investisseurs du secteur minier avaient  réclamé notamment plus de sécurité pour leurs investissements. Ils avaient déploré la complexité de certaines procédures administratives notamment les procédures de dédouanement.

La Fec propose que les autorités décrètent un moratoire des injonctions à payer et de reprendre en toute sérénité le débat budgétaire. Le patronat congolais veut aussi que le gouvernement recherche d’«autres solutions constructives et collectives que celles qui sont imposées aux entreprises avec recours abusif à des pénalités».

Jusque-là, le gouvernement congolais n’a pas encore réagi au communiqué de la Fec. Le Premier ministre Matata Ponyo avait affirmé, lundi 27 août, que son gouvernement s’était engagé à travailler pour l’amélioration du climat des affaires en se basant sur les principaux indicateurs du classement Doing Business publié chaque année par une filiale du groupe de la Banque mondiale chargée du secteur privé.

Ce classement répertorie les pays suivant la facilité d’y faire les affaires. Selon ce classement, la RDC a perdu quatre places en 2012, occupant la 179place au monde alors qu’elle était classée 175e en 2011.

Dans le souci d’améliorer le climat des affaires, la RDC a confirmé, depuis mercredi 27 juin, le dépôt au Sénégal, pays dépositaire du traité, des instruments de son adhésion à l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA).

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Le Conseil national du travail plaide pour le réajustement du SMIG, le salaire minimum interprofessionnel garanti, actuellement fixé à 3 dollars américains. Selon vous: