Watsa: des fonctionnaires abandonnent leurs postes pour exploiter de l’or

Des creuseurs dans une mine artisanale de cassitérites, Sud Kivu, 2006.

Une nouvelle carrière riche en or ouverte à Galako attire depuis près de trois semaines les habitants de cette localité du territoire de Watsa dans la Province Orientale. Le président de la société civile locale rapporte que près de deux mille personnes, adultes et enfants, venus pour certains des localités environnantes y exploitent actuellement le métal jaune. Des agents des certains services de l’Etat ont abandonné leurs bureaux pour aller travailler dans cette carrière.

L’entreprise minière Kibali-mines qui possède une mine à proximité de la nouvelle carrière aurait perdu les deux tiers de ses travailleurs journaliers. Ceux qui sont liés à l’entreprise par un contrat de travail menacent également de partir.

Le samedi 26 janvier dernier, l’administrateur du territoire de Watsa et deux responsables de Kibali-mines qui s’étaient rendus dans la carrière pour convaincre les agents de l’Etat et les employés de l’entreprise minière de reprendre leur travail ont été tabassés par les orpailleurs.

Dans la localité de Galako et les villages environnants, l’argent coule à flots, indiquent des sources de la société civile qui confient que tous les exploitants artisanaux se sont acheté des motos.

D’autres sources indiquent que les services miniers de l’Etat réalisent beaucoup de recettes notamment grâce à la vente des cartes d’exploitation artisanale et au paiement des frais de certification de l’or.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

Le Conseil national du travail plaide pour le réajustement du SMIG, le salaire minimum interprofessionnel garanti, actuellement fixé à 3 dollars américains. Selon vous: