Attaque de la réserve d’Epulu : le dernier okapi en captivité est mort

Okapi en captivité dans la réserve de faune à Okapi, 2005.

Le dernier okapi qui a survécu à l’attaque de la réserve d’Epulu par des Maï-Maï du chef milicien Morgan a succombé à ses blessures le lundi 2 juillet. Quinze okapis avaient été abattus, dimanche 24 juin, au cours de cette attaque qui avait également coûté la vie à douze personnes dont deux gardes de parc.

Un responsable de la Réserve de faune à okapi d’Epulu affirme que l’animal qui est mort ce lundi, connu sous le nom de Faïda, a été enterré le même jour.

Pour lui, la mort des tous les okapis en captivité dans la réserve marque « une fin tragique d’un investissement de la RDC et de la communauté internationale amorcé depuis 1987 ».

C’est cette année là que le gouvernement, avec le soutien des institutions internationales de protection de l’environnement, a commencé à capturer les okapis dans leur milieu naturel pour les garder dans des enclos à l’intérieur de la réserve.

L’okapi vit exclusivement en Ituri en RDC. Il a été déclaré espèce protégée en 1993.

L’animal figure sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Son habitat est de plus en plus restreint. Même à l’intérieur de la réserve d’Epulu, l’animal est victime du braconnage.

La population d’okapis est estimée entre 10 000 et 35 000 individus. La tendance de leur reproduction serait à la baisse.

Morgan libère des otages

Seize personnes prises en otages par les Maï-Maï du chef milicien Morgan lors de leur départ de la réserve d’Epulu sont rentrées dans leur localité le lundi 2 juillet. Elles affirment avoir été libérées sans condition.

Les ex-otages indiquent que douze autres personnes dont neuf files mineures et deux femmes adultes sont encore détenues par le chef milicien.

Ils sont porteurs d’une lettre manuscrite de Morgan adressée au chef de la localité d’Epulu. Mais le contenu de la correspondance n’a pas été révélé.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout: