Ces Etats africains ennemis des journalistes-Slate Afrique

La Journée mondiale de la liberté de la presse est toujours l’occasion de dresser des constats. Des constats que ça va mal ci ou là, des constats que c’est super de l’autre ou encore des constats que ça empiré là-bas encore, pour l’exercice du métier de journaliste. Et dans ces constats, les uns aussi divers que variés, c’est à peu près toujours les mêmes pays qui sont cités.

Ainsi, le site du Foreign Policy a choisi de proposer un classement des « 10 pires pays pour les journalistes », à l’occasion de cette journée. Un  tableau noir, dans lequel figurent en bonne place deux pays africains, l’Erythrée et la Guinée équatoriale.

S’agissant de l’Erythrée, pays fermé situé sur la Corne de l’Afrique, dirigé d’une main de fer par Issaias Aferworki, la situation est des plus catastrophiques. Le régime est aussi impénétrable que la Corée du Nord, et jusqu’à la fin de l’année dernière, 28 journalistes y étaient emprisonnés. Parmi eux, neuf le sont depuis 2001. Foreign Policy précise qu’aucune charge n’est officiellement retenue contre ces reporters, mais ils continuent de croupir dans les geôles érythréennes.

A la surprise générale, le ministre de l’Information, Ali Abdou, a profité d’une visite en Europe, pour fuir le pays. Depuis lors, sa famille est persécutée par le régime, son père et un sa fille ont été arrêtés. Lire la suite sur slateafrique.com

Sondage

Le Conseil national du travail plaide pour le réajustement du SMIG, le salaire minimum interprofessionnel garanti, actuellement fixé à 3 dollars américains. Selon vous: