Crise politique en RDC: Moïse Katumbi assure que son retour est "imminent"

L'opposant congolais en exil Moïse Katumbi a assuré vendredi que son retour au pays était "imminent" après que le comité des droits de l'homme de l'ONU a sommé les autorités de la République démocratique du Congo de l'autoriser à rentrer et d'assurer sa sécurité. "Je vais rentrer au pays. Mon retour est imminent", a déclaré l'ancien gouverneur du Katanga (sud-est), sans vouloir préciser de date, au cours d'une conférence de presse à Paris.

Autorisé à se rendre à l'étranger pour suivre des soins médicaux depuis mai 2016, l'opposant a été depuis condamné en RDC à trois ans de prison pour spoliation d'immeuble et attend de comparaître devant la justice pour une affaire de recrutement présumé de mercenaires. Les autorités congolaises ont promis de l'arrêter dès son retour.

Récusant ces accusations, M. Katumbi avait porté plainte le 2 juin auprès du comité des droits de l'homme de l'ONU à Genève contre le gouvernement du président Joseph Kabila qu'il soupçonne de vouloir l'empêcher de se présenter à l'élection présidentielle, théoriquement prévue avant la fin de l'année.

L'institution onusienne a accusé réception de sa plainte dans une lettre datée du 13 juin où elle demande à l'Etat congolais de "prendre toutes les mesures nécessaires en vue d'assurer" que M. Katumbi "puisse rentrer en République démocratique du Congo et puisse participer, librement et en toute sécurité, en tant que candidat, aux élections présidentielles".

Selon ce texte communiqué à la presse par Eric Dupond-Moretti, avocat de M. Katumbi, l'Etat congolais est également tenu de garantir à l'opposant "son droit à la liberté et à la sécurité en le protégeant contre toute forme d'arrestation ou de détention arbitraire", pendant toute la durée d'examen de sa plainte à Genève.

"Ce n'est pas un appel, c'est une injonction", a souligné Me Dupond-Moretti, qui a annoncé son intention de "saisir la Monusco" (Mission de l'ONU en RDC) pour assurer la "protection efficace" de son client, "pour ne pas qu'il lui arrive malheur".

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner