RDC : 390 miliciens et 124 forces de l’ordre tués depuis mars au Kasaï

L’armée, critiquée par l’ONU pour son utilisation disproportionnée de la force, a lancé une opération de reprise en main de la rebellion Nsapu dans le centre du Congo.

L’armée congolaise a communiqué, lundi 15 mai, le bilan des opérations de reprise en main des provinces du Kasaï entreprise depuis mars dans le centre de la République démocratique du Congo (RDC), agitées depuis plusieurs mois par des affrontements entre forces de sécurité et miliciens du chef traditionnel Kamwina Nsapu : « Nous avons tué 390 miliciens et enregistré 39 tués dans les rangs des FARDC [forces armées] ainsi que 85 policiers tués dans ces opérations », a déclaré le général de brigade Léon-Richard Kasonga, porte-parole de l’armée, lors d’une conférence de presse à Kinshasa. « Nos troupes respectent le droit international humanitaire et les droits humains (…). Nous avons opéré de manière professionnelle », a-t-il ajouté.

Des miliciens, qualifiés d’« insurgés terroristes », dont « l’objectif est de semer la terreur ». « Nous avons le devoir de mettre fin » à l’action de ces rebelles qui « se livrent à des exécutions sommaires, saccagent, incendient » les édifices publics et privés, a-t-il poursuivi à l’appui d’une vidéo montrant de présumées « exactions commises par les miliciens Kamwina Nsapu ».

L’armée a appelé les populations à se désolidariser des miliciens ou à convaincre ceux de leurs proches qui en font partie de « déposer les armes ».

Le général de brigade Kasonga, qui n’a pas présenté un bilan du nombre de civils tués pendant les opérations militaires, a déclaré que 26 militaires et policiers sont blessés, 9 autres sont portés disparus et que l’armée a capturé 503 miliciens, dont 54 mineurs depuis fin mars.

« Pas des enfants de chœur »

L’ONU accuse les rebelles Kamwina Nsapu d’enrôler des enfants dans leurs milices et d’avoir commis des atrocités, tout en dénonçant également l’usage disproportionné de la force par l’armée congolaise.

En mars, deux experts onusiens avaient été enlevés dans le Kasaï et leurs corps retrouvés seize jours plus tard dans une fosse commune, alors qu’ils étaient missionnés par le secrétaire général de l’ONU pour enquêter sur les violences dans la région, où 40 fosses communes avaient été mises au jour.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner