RDC: A Bruxelles, derniers adieux de la diaspora à l'«icône» Tshisekedi

Une «icône», un «papa», un «fédérateur»: des milliers de membres de la diaspora congolaise, venus de toute l’Europe, ont rendu dimanche à Bruxelles un dernier hommage à Etienne Tshisekedi, l’opposant historique décédé quatre jours plus tôt dans la capitale belge.

Pour cette troisième et dernière journée de veillée funéraire, le cercueil du défunt a été exposé pendant plusieurs heures dans une vaste salle mise à disposition de la famille Tshisekedi par la ville de Bruxelles, à proximité du célèbre site de l’Atomium, dans le nord de la capitale.

Les visiteurs ont fait la queue, patientant parfois pendant des heures, avant de pouvoir s’incliner sur le cercueil surélevé, entouré de couronnes de fleurs et de portraits du défunt, le montrant coiffé de son éternelle casquette.

Chants religieux et partisans se sont succédés dans une atmosphère parfois festive, malgré les nombreux yeux mouillés de visiteurs de tous âges, originaires de toute la Belgique, mais aussi de France, du Royaume-Uni ou encore d’Allemagne.

«C’est notre icône», témoigne Armand Moke, venu de la région de Dortmund en Allemagne, à plus de 200 kilomètres: «C’est un monsieur qui a combattu pendant une trentaine d’années pour instaurer la démocratie pour notre pays».

«On a perdu vraiment un papa», répète Pélagie, 50 ans, qui a fait le déplacement depuis Anvers (nord de la Belgique), où elle vit depuis dix ans. «C’est un héros, ce qu’il a fait au Congo, personne ne peut le faire», souligne-t-elle, sans cacher son inquiétude: «Qui va le remplacer?»

«On a investi beaucoup d’espoir dans le dialogue» engagé en RDC pour une transition politique, dans lequel Etienne Tshisekedi jouait un rôle-clé, «on se disait qu’on était presque au bout du tunnel», explique Jean-Pierre Mukendi, originaire lui aussi du Congo, et prêtre dans une paroisse du Brabant Wallon (centre) depuis 17 ans.

Sondage

Mots-clés populaires